Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 05 25Article 598645

Opinions of Tuesday, 25 May 2021

Auteur: English Cameroon for a United Cameroon?

Covid-19 et endettement du Cameroun: une plateforme anglophone écrit au FMI

Kristalina Georgieva Kristalina Georgieva

•Dans sa lettre le English Cameroon for a United Cameroon demande au FMI de ne pas être complice de la destruction du Cameroun.

•La plateforme ne comprend pas pourquoi l'institution financière, continue de collaborer par ce régime dont les Camerounais n'en veulent plus.

•Elle déclare les prêts du FMI au Cameroun d'odieux.


Dans une lettre qu'elle a adressée à la directrice générale du FMI, qu'a pu consulter la rédaction de camerounWeb, le English Cameroon for a United Cameroon (ECUC) demande à Mme Kristalina Georgieva, d'arrêter ' sa complicité dans la destruction du Cameroun.

Voici la lettre dans son intégralité

Chère Mme Kristalina Georgieva,
Depuis des décennies, le Cameroun est accablé par la contraction de dettes odieuses entre le régime de l'autocrate, M. Biya et votre organisation, le FMI, avec le soutien de la France, maître colonial par intérim. La démission de cette autocratie de quatre décennies est attendue. Nous entendons démontrer le caractère odieux des prêts du FMI et lutter pour ne pas les rembourser dans le nouveau Cameroun.

L'exemple le plus récent de complicité du FMI dans le fardeau de la dette croissante du Cameroun est la facilité de crédit rapide du FMI pour COVID-19. Non seulement les critères de qualification étaient opaques, mais l'utilisation de ces fonds semble avoir été laissée imprécise pour faire place à une mauvaise orientation des fonds hors de la pandémie. Le Cameroun a manifestement mal géré le premier versement de 226 millions de dollars américains émis en mai. Il y avait peu de raisons pour vous d'émettre un autre prêt de 156 millions de dollars en octobre 2020. Cela porte le prêt COVID à un total de 382 millions de dollars américains soit l'équivalent de 200 milliards de francs coloniaux France-Afrique. La seule justification de ces prêts inconditionnels face à une mauvaise gestion flagrante est votre désir de soutenir un régime qui aurait dû démissionner depuis longtemps.

Votre disposition à émettre des prêts odieux est évidente dans votre déclaration élogieuse sur les échecs camouflés du régime. L'annonce de la deuxième tranche par le FMI dit:
<< Les autorités ont réagi de manière proactive à la pandémie du COVID-19 et intensifient leurs efforts pour contenir la propagation de la maladie, augmenter les dépenses de santé et de protection sociale et fournir un soutien temporaire aux entreprises et aux ménages touchés. À cet égard, ils a adopté une série de mesures, y compris un budget révisé avec un déficit plus important pour tenir compte des stabilisateurs automatiques et des dépenses d'urgence liées à la crise; un plan de préparation et d'intervention (P&R) sur trois ans contre la pandémie; et ils ont créé un compte spécial COVID. " Il y a peu de vérité dans cette évaluation globale. Les ménages, par exemple, n'ont reçu absolument aucune aide et le compte COVID spécial, signalé à tort comme un cadeau spécial de l'autocrate, n'a été rien de plus qu'une arnaque.
Tout audit sérieux de la répartition du prêt rapide trouverait des problèmes avec un président absent, qui aux yeux de la grande majorité du Cameroun est clairement frappé d'incapacité. L'absence du président et la délégation anticonstitutionnelle de pouvoirs au secrétaire général sont le point culminant de toutes les mauvaises affectations, des contrats déloyaux et des détournements de fonds. Dans le but de vous fournir une autre justification douteuse pour votre émission continue de prêts odieux, un audit prétendument complet s'est maintenant concentré sur les problèmes en aval, laissant intacts le bassin versant et la monstruosité sous-jacente de l'État unitaire centralisé.

Le montant d'argent visé par le rapport actuel des chambres de commerce ne représente qu'une infime partie de l'énorme somme d'argent reçue. On ne peut, par exemple, justifier pourquoi la priorité a été donnée au paiement des dettes internes pour lesquelles des sommes d’argent antérieures ont été empruntées et détournées. Personne ne parle d'une ventilation des dettes internes exactes, car aucune ou très peu n'a été réellement payée. Cette distribution était une décision en haut de la chaîne administrative.
Même l'aide aux entreprises revendiquée ne résiste pas à un examen minutieux, tout comme l'idée fabriquée selon laquelle l'État a aidé les ménages à faire face au COVID-19. L'impact économique de la guerre séparatiste dans l'ouest du Cameroun ne peut être attribué à la pandémie; c'est le résultat d'un échec politique alarmant qui ne manquera pas de se poursuivre longtemps après la maîtrise de la pandémie. Il n'y avait pas de verrouillage au Cameroun et le pays a profité d'une combinaison d'une jeune génération, d'un traitement des symptômes du COVID à l'aide de solutions à base de plantes et d'un scepticisme COVID pour maintenir une atmosphère économique quasi constante. Toute réduction des activités économiques internes ne peut être expliquée en termes de pandémie; qui découle de guerres en cours qui ont pour cause la présence continue à la tête de l'État cet autocrate inapte.

Si une organisation comme le FMI est responsable de tant de misère, elle devrait en être tenue responsable. Dans le Cameroun qui naît après M. Biya, nous aurons un système de gouvernement fédéral et la répartition interne de la dette de l'État unitaire sera un sujet de débat sérieux. Nous, au moins, les gens de l'ouest du Cameroun, n'avons pas l'intention de reconnaître aucun des prêts odieux provenant de votre organisation complice. Ceci est important à noter, étant donné qu'entre 40 à 50% des exportations du Cameroun proviennent de l'ouest du Cameroun et avec la restauration de l'État fédéral de l'ouest du Cameroun, la capacité du gouvernement fédéral à rembourser des dettes non reconnues par l'ouest du Cameroun sera très limité. Nous, Cameroun occidental, ne pouvons nous empêcher de considérer le FMI comme une extension de France-Afrique.

Il est prudent pour le FMI de reconsidérer ses pratiques de prêt aussi longtemps que l'État camerounais est concerné. En ce qui concerne l'audit du prêt COVID au Cameroun, il s'agit du chef de l'Etat, du dysfonctionnement organisationnel, de la distribution douteuse du prêt, et d'une tentative claire de nier la responsabilité en bouc émissaire de ceux qui sont condamnés à agir sous l'astronomie. hautes instructions du président distrait agissant par l'intermédiaire d'un délégué sans freins ni contrepoids.

Le Cameroun ne remboursera pas les prêts du FMI émis pour maintenir M. Biya au pouvoir, contre toutes les manifestations de dysfonctionnement organisationnel, de corruption et de régime inconstitutionnel. La plupart de nos dettes envers le FMI sont des dettes odieuses.

Cordialement,

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter