Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 08 31Article 538615

Opinions of Monday, 31 August 2020

Journaliste: Albert ZE

Couverture sante universelle : un nouveau choix d'échec

La signature du contrat de partenariat avec la société santé universelle Cameroun suscite plusieurs réactions mitigées. Certains voient enfin le paradis sanitaire (au même titre que certains en ce qui a concerné "santé pour tous en 2000"), pendant que d'autres comme moi voient une nouvelle occasion manquée de résoudre le vrai problème de notre santé.
Peut-on mettre en place une couverture santé universelle à l'état actuel de l'offre de santé?

Depuis plusieurs années, après une évaluation profonde du système de santé camerounais, il ressort que ce système de santé a besoin d'une véritable structuration (étape 1 sur le schéma). C'est un système qui n'est basé sur aucun fondement, ce qui lui permet d'être classé parmi les systèmes de santé les moins performants du monde depuis 20 ans (étape 3 non respectée). Par ailleurs, le pays ne dispose pas d'une offre de santé répondant aux besoins de la demande (Etape 2 non respectée). A cet effet, j'ai proposé (en 2017) un modèle d'intervention pour une meilleure offre de santé au Cameroun (schéma).

On voit directement qu'en adoptant la mise en place d'une couverture santé universelle, le Cameroun opte de commencer par la fin du processus (étape 4); Ce qui constitue une manoeuvre d'échec qui a été à l'origine de l'échec des précédentes interventions sanitaires.

Ce qu'il faut noter est que ces étapes doivent se suivre selon l'ordre indiqué. Par exemple, la réussite de l'étape 4 étant dépendante de la réussite des étapes précédentes, il n'est donc pas possible de commencer le processus en choisissant une étape de façon aléatoire. Comme toute construction, il est impossible de commencer une maison par la peinture car il n'existe pas de murs dès le départ.

On peut donc clairement constater que le Cameroun a une fois de plus choisi l'option de l'échec à travers ce projet. La santé des camerounais reste une variable négligeable dans le modèle de développement actuel dans le pays. EN CONCLUSION NOS DIRIGEANTS N'ONT PAS APPRIS DES PRECEDENTS ECHECS.

Cependant, la plus haute autorité de l'État peut encore instruire au gouvernement de rectifier la copie.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter