Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 02 23Article 575104

Opinions of Tuesday, 23 February 2021

Auteur: Boris Bertolt

Comment la mafia d'Etat a fait disparaître 55 milliards sur le chantier du complexe Olimbe

Le 30 décembre 2015, le gouvernement camerounais signe avec l'entreprise italienne Piccini un accord de construction du complexe sportif d'Olembe. Il s'agit d'un projet évalué à 163 milliards Fcfa. En août 2016, deux accords financiers permettent de financer le projet. Un premier accord sur un total de 139 milliards de F CFA (211,9 millions d’euros), financé à travers une ligne de crédit apportée par le groupe bancaire italien Intesa SanPaolo Group. Et un second accord de 24 milliard Fcfa avec la banque nigériane, United Bank of Africa. Dans le cahier de charge de départ, le complexe sportif d’Olembé est composé de plusieurs infrastructures sportives : un stade couvert de 60 000 places, deux stades d’entraînement, un lac artificiel, un gymnase, une piscine olympique, des terrains de tennis, de basketball et de volleyball, mais aussi un ensemble hôtelier 5étoiles et un centre commercial.

Ce complexe doit abriter la CAN masculine 2019. Mais, le délai de livraison des travaux, initialement fixé à trente mois soit juin 2018 lors de la signature du contrat le 30 décembre 2015, a été réduit à quinze mois par le gouvernement. Soit juin 2017 afin de permettre au complexe d'abriter la coupe d'Afrique féminine 2017. Comme tous les projets de la CAN 2019, une task force est mise sur pieds. C'est cette taxe force qui suit le projet. Elle est constituée du SGPR, Ferdinand Ngoh Ngoh, de Ayem Mauger, Conseiller aux affaires économique ( beau frère de Cyrille Tollo) et Seraphin Magloire Fouda. Rappelons que cette TASK FORCE va passer au total 52 marchés de gré à gré dans le cadre des chantiers de la CAN parmi lesquels le chantier de construction du complexe sportif d'Olembe. Ces marchés ne respectent aucune procédure de validation. Le ministère des marchés publics n’est même pas associé pour déterminer si les entreprises sélectionnées ont les capacités de remplir les exigences du contrat.
Le lundi 17 juillet 2017, aux côtés de l'ambassadeur d'Italie à Yaoundé, Marc Debandt, le directeur du projet de PICCINI affirme que le stade sera livré en octobre 2018. Il souligne : « Les travaux avec le béton vont durer quatre mois ou cinq au plus ; puis, suivront les constructions métalliques qui vont déboucher au début du mois de mars sur le montage de la toiture. Cette opération va courir jusqu’en juillet et les premières finitions prendront les relais jusqu’en fin octobre ; le stade sera livré ». Dans son optimisme, il précise d'ailleurs qu'ils n'attendent plus que le premier bateau des préfabriqués ».

Dans une opération mafieuse, la Task Force réussit à convaincre PICCINI de confier le transport des préfabriqués aux deux fils de Chantal Biya, Franck et Patrick Hertz. Mais qui sont -ils en réalité, Diplômé de l’école parisienne de management ISC, Franck Hertz, est né avant le mariage de Chantal Biya avec Paul Biya. Il a quitté la SNH pour créer en 2013 Hlogistics (Hlog), une entreprise spécialisée dans le transport de matériel de travaux publics. C’est cette entreprise qui gagne le marché d’acheminement des préfabriqués au Cameroun. Ce n’est pas l’Etat du Cameroun qui paie Franck et Patrick Hertz, mais PICCINI à travers la banque italienne, Intesa San Paolo, son partenaire. Bidong Kpwatt à l’époque ministre des Sports et très proche de la Task Force convainc PICCINI que l’Etat va leur rembourser cet argent. PICCINI met donc à la disposition de Franck et Patrick Hertz, 43 millions d’euros soit près de 26 milliards Fcfa pour l’acheminement du matériel au Cameroun. Ils ne seront jamais remboursés.
Soulignons ici que juin 2017 passe, le chantier n’est pas livré et personne ne dit rien. Juin 2018 arrive le chantier n’est toujours pas livré et personne ne dit rien. Au contraire l’argent coule. Tout le monde gagne en terme de rétro commissions. Jusqu’à ce que PICCINI demande à l’Etat du Cameroun de lui payer une partie de l’argent engageé. Pour payer c’est l’entreprise Egis qui a remporté en 2016 la mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage et surveillance des travaux qui doit également valider. Les discussions bloquent. La construction n’avance plus. PICCINI demande 28 milliards Fcfa pour poursuivre séreinement. L’Etat s’y oppose. Souvenez-vous ils ont engagés 26 milliards Fcfa pour les préfabriqués auprès des jumeaux de Chantal. Or leur acheminement vers le Cameroun pose déjà problème. L’Etat donne seulement 4 milliards Fcfa.
Les travaux avancent lentement. Le 30 octobre 2019, la CAF retire l’organisation de la Coupe d’Afrique au Cameroun. Ce n’est pas une surprise car le stade n’est pas prêt. C’est à ce moment que la décision est prise par la TASK FORCE de retirer le marché à PICCINI. L’entreprise Italienne réclame encore 7,5 million d’euros environ 6 milliards de Fcfa pour du matériel livrés en octobre 2019 dont Egis a refusé d’évaluer, bloquant ainsi les payements. Le 29 novembre 2019, sur instructions de la présidence de la République, le ministre des sports retire le marché de construction du complexe sportif d’Olembe à PICCINI, ceci, en raison d’importants manquements contractuels et de la défaillance de l’entreprise dûment constatés ».
L’entreprise canadienne MAGIL est retenue le 3 janvier 2020 et va confisquer le matériel acheté par PICCINI. Entre temps, compte tenu du fait que le gouvernement bloque leur dette de près de 50 milliards Fcfa, PICCINI fait bloquer le reste de la ligne de crédit de 50 milliards en Italie auprès de la banqie Intesa San Paolo. C’est ainsi que Paul Biya se retrouve en train de signer un nouveau prêt de 55 milliards Fcfa pour l’achèvement du complexe Olembe afin selon les membres de la TASK FORCE de compenser les 55 milliards restés à la banque Italienne Intesa San Paolo.

Il y a encore plus grave. Le premier ministre Dion Ngute fait part aux députés de l’Assemblée nationale de l’état d’avancement des travaux de construction du complexe sportif d’OLEMBE. Il cite : le stade principal 60 000 places (95%) ; Deux stades annexes de 1 000 places chacun (92%) ; Le centre commercial (75%) ; L’hôtel 4 étoiles de 70 chambres (55%) ; Comme vous pouvez le constater, on ne parle plus d’un hôtel 5 étoiles mais 4 étoiles. Par ailleurs, où sont passés le gymnase ; les terrains de tennis, handball et basket-ball ; la piscine olympique ; le musée et la salle de cinéma. Pour les défenseurs de la TASK FORCE tout va bien. Ils veulent nous expliquer que pendant quatre années ils ne savaient pas ce que PICCINI faisait et que PICCINI a confisqué unilatéralement et du jour aux lendemains 55 milliards Fcfa. Désormais ils ont ajouté dans le cahier de charge un héliport.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter