Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 02Article 605776

Opinions of Friday, 2 July 2021

Auteur: Wilfried Ekanga

Combat virtuel : Wilfried Ekanga explique pourquoi il refuse de rentrer au Cameroun

Wilfried Ekanga explique il refuse de rentrer au Cameroun Wilfried Ekanga explique il refuse de rentrer au Cameroun

Arrêté depuis le 17 avril 2020 pour avoir réclamé le départ de Paul Biya à la tête du Cameroun, l’activiste Sébastien Ebala croupit en prison dans l’indifférence totale. Le militant du MRC, Wilfried Ekanga lui rend hommage dans une tribune et tire une fois de plus sur les militants du RDPC qui demandent aux opposants de la diaspora de revenir au Cameroun pour continuer le combat.

CamerounWeb vous propose la tribune de Wilfried Ekanga

" Viens parler ici au Cameroun on voit "
On dit que quand ce que tu t'apprêtes à sortir de ta bouche est plus inutile que le silence, choisis le silence. C'est une leçon - pourtant très simple - que les biyayistes n'ont toujours pas comprise à ce jour.

Exemple : quand te trouves à Berlin ou à Londres et que tu dis : " Je me bats pour le Cameroun ", ils te demandent : " Et c'est depuis l'Europe que tu te bats ? Viens parler ici on voit ; viens prendre les devants à la poste centrale et on va te suivre ". Mais curieusement, ils n'ont jamais jugé bon de suivre ceux qui sont déjà descendus marcher jusqu'ici. Quelle roublardise !

Maurice Kamto est allé sur le terrain marcher, ils sont restés couchés à la maison avec la 4eme "Tchiza". Essama a arpenté seul les rues de Douala sur sa moto pendant des années pendant qu'eux, sirotaient du Jack. Dans la foulée, notre concitoyen Sébastien Ebala a bravé la peur et a hissé son courage aux plus hauts sommets pour aller marcher à la poste centrale. Pendant ce temps, ils étaient au Club Odontol entre de vider la 5eme dame-jeanne.

Vous avez à 100% le droit de descendre à la poste centrale et de dire : "Paul Biya démission !" Vous avez le droit de le penser et de le dire. La constitution sur laquelle il a lui-même prêté serment vous le permet absolument ! Vous en avez le droit. Je répète : vous en avez le droit. Et je le précise encore : VOUS EN AVEZ LE DROIT !

On peut museler la parole, mais on ne peut museler la pensée ; alors autant mieux laisser la pensée s'exprimer plutôt que de se convaincre qu'un peuple nous aime et d'entretenir de stupides illogismes typiques d'un pays malade.

D'insolites individus emplis de mauvaise foi vous disent que pour qu'ils se libèrent de la dictature dans laquelle ils vivent, il faut que vous, vous quittiez les pays libres ou vous vivez et que vous descendiez de l'avion comme Jésus-Christ du ciel pour leur apporter le salut. Sommes-nous donc plus nobles que Sébastien Ebala ? Sommes-nous plus importants que Maurice Kamto ? Pourquoi c'est nous qu'ils attendant et non ceux qui sont déjà parmi eux ?
C'est l'ensemble de ces irrationalités que j'appelle le Wamakoulisme.

Alors ne perdez plus de votre temps à répondre à ces gens-là. J'ai coutume de dire que le biyayisme est un abcès dont l'ignorance est le liquide. Ces patriotes auto-désignés sont tombés amoureux de la souffrance ; ils ne veulent pas d'un pays où ils seront traités en humains ; ils ont domestiqué le mépris qu'ils subissent et normalisé la chosification qu'un gouvernement travesti en Gang malfaisant a fait de leur existence. Ils vivent dans le stockholmisme politique. Vous n'appartenez pas au même monde !

LA LEÇON :

Nous allons donc lutter depuis l'endroit où nous voulons, que ce soit à Washington ou au Pakistan. Et que celui qui désire ardemment nous voir à Yaoundé commence par envoyer un billet d'avion. En attendant, considérez que des hypocrites qui n'ont en réalité jamais prévu de se joindre à vous pour réclamer la justice n'ont aucune leçon de combat à vous donner. De Gaulle - qui était portant un général - ne se trouvait pas à Paris lorsqu'il a lancé l'appel du 18 juin 1940 pour libérer la France du joug hitlérien.
La méconnaissance de l'histoire engendre le délire ; c'est un fléau à éviter !
De ce fait, nous, nous avons choisi d'être à Paris pour forcer le passage de la justice au Cameroun. Car seuls les ignorants volontaires ignorent que la France est le principal garant du maintien de Biya au pouvoir. Elle est le complice le plus solide de la catastrophe sociopolitique actuelle au gré de ses intérêts. Et c'est parce que la diaspora a fait pression à la France que Macron en retour a fait pression à Biya pour libérer les prisonniers politiques en 2019. Puisqu'il est "le meilleur élève" selon ses propres dires, nous allons donc convoquer son maître pour discuter de ses notes.
Ça se passe demain 3 juillet et ça ira très vite. Nous marcherons donc aussi pour Sébastien Ebala qui, de par son audace et sa hargne, illustre fort bien le Jean-Baptiste qui prêche dans un désert d'ignorance à des gens qui tout en subissant la même chose que lui, préfèrent rester aveugles du réel et sortent de leur bouche des vacuités, plutôt que de nous permettre d'écouter leur silence.

EN BREF :

Que ceux qui prétendent attendre qu'on descende au Cameroun pour qu'ils nous suivent essayent à leur tour de commencer une marche et nous prendrons l'avion pour les suivre. Car si nous partageons vraiment le même combat et vu qu'aucune loi n'oblige à une hiérarchie particulière, il n'y a aucune raison que ce soit forcément nous devant. Rien ne leur interdit d'être la locomotive et nous les wagons. Il n'y a eu aucun concours passé à cet effet.
C'est une simple question de logique... même si logique et wamakoulisme sont de groupes sanguins différents.