Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 01 22Article 568591

xxxxxxxxxxx of Friday, 22 January 2021

Source: Eloi Bonavanture Bidoung

Ces intellectuels du dimanche qui font sombrer le Cameroun

Les plateaux de télévisions et de radios locales se transforment en arènes, le temps du week-end. Ici s’affrontent des dérivés et des déviances, selon les bords politiques et intellectuels. C’est la tribune des libres penseurs, mais aussi des mal-pensants. Ils ne pensent pas comme tout le monde ni comme tous ceux qu’ils rencontrent pour ces joutes, qui sont devenues une vraie activité professionnelle. Avant le week-end, certains ne font que cela sur les ondes des radios privées. Des noms sont très connus de ces auditeurs participants à des émissions par téléphone.

Et des histoires se racontent, celles de ces envoyés spécieux, très spéciaux qui seraient payés pour assurer la défense et l’apologie de personnalités. Comme ceux-ci, qui « travaillent » toute la semaine sur plusieurs stations de radios et parfois sur trois voire quatre par jour, beaucoup ne se font entendre que les week-ends, pour ceux qui préfèrent les radios. Mais rien ne leur interdit d’aller d’une station de radio à une ou deux stations de télévision entre le samedi et le dimanche.



Les titres et les attributs sont à foison. On a des « politologues », des « politistes », des "socio-politiste", des « géo stratèges » ou encore des « économistes », des « panafricanistes » et des « internationalistes » et autres "activateurs politiques". Sans oublier ceux qui ont d’autres plus ronflants encore, au point on se demande dans quelles universités du monde ces sciences sont enseignée ? où ont-ils été formé ? Du jour au lendemain on s'autoproclame Docteur, professeur, on ignore tout du lieu de soutenance, du sujet, et des encadreurs, du concours cames. L'imposture et la camisole de la honte leurs vont si bien. Mais ces intellectuels sont si jaloux de leurs titres, que parfois un débat peut déraper en envolée d’invectives de bas étage, du fait qu’un panéliste a oublié de mettre du « Docteur » ou du « Professeur » devant le nom d’un autre. On ne comprend pas comment le Cameroun a pu rester à la traîne du développement avec autant d’intellectuels et de savants. Que peut-on bien tirer de ces débats ?

Très souvent des idées puériles, ou des enfantillages sans aucune hauteur scientifique. Quand les panélistes ne s’engueulent pas comme de vulgaires voisins de comptoirs au marché, ils versent dans des discours et des arguments qui trahissent très vite leur incompétence ou leurs faiblesses. Ce sont les « intellectuels du dimanche », et on n’est pas obligé de les écouter si on a plus sérieux à faire.



Déviances langagières

Si ce sont des intellectuels, on les reconnaitrait difficilement en les écoutant ou les regardant sur plateaux. Peut-être est-ce un problème de casting, quand on sait comment les présentateurs des radios privées par exemple font pour avoir des invités. Il en faut bien pour la production de l’émission. Parfois c’est à celui qui laissera une petite enveloppe ou quelques bières à l’équipe de production, en face de la chaîne de radio, que l’on déroulera le tapis rouge. Très souvent aussi les panélistes sont recommandés ou en missions commandées.

Mais d’autres ont fait des plateaux de radio leurs habitudes dominicales. Peu importe-s’il ne maîtrisent pas les sujets du débat du jour. A ce moment, la parade est toute aisée, il suffit de verser de l’opprobre sur une personnalité ou de débiter de fausses informations ou des révélations calomnieuses. Charles, Pascal, Christophe, Hervé, la force des arguments vaut mieux que les arguments de la force.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter