Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 09 14Article 618397

Opinions of Tuesday, 14 September 2021

Auteur: Dieudonné Essomba

Cameroun: le sang coule à flots au NOSO

La fracture ne fait que s’agrandir et s’étend désormais dans la population civile La fracture ne fait que s’agrandir et s’étend désormais dans la population civile

Ces derniers jours ont été marqués par plusieurs morts lors des affrontements entre sécessionnistes et éléments des forces de l'ordre et de sécurité dans la zone anglophone. Cette situation inquiète les acteurs de la société civile camerounaise notamment l'universitaire et économiste Dieudonné Essomba.

Dans une réflexion, il tire la sonnette d'alarme et met en garde les autorités camerounaises.
"Nous atteignons des niveaux d’horreur rarement égalées dans l’histoire pourtant sanglante des pays d'Afrique Noire", confie-t-il.

La rédaction de CamerounWeb vous propose l'intégralité de la réflexion

Si l’on en croit le site Cameroun / Crise anglophone : sept soldats tués par des sécessionnistes , ce weekend encore été très sanglant pour l’armée qui a encore perdu 11 éléments à la suite des attaques des groupes séparatistes.

Evidemment que l’armée a aussi répliqué, en tuant beaucoup de séparatistes. Cameroun: Crise anglophone, 4 combattants séparatistes tués dans la nuit de dimanche à lundi .

Et ces morts se passent désormais, pratiquement dans l’indifférence. C’est en ce point où nous sommes advenus. Les jeunes camerounais se massacrent dans une guerre folle pour défendre deux idéologies également détestables et condamnées, menées par deux groupes haineux et obtus :

- le Gouvernement, avec son Etat unitaire prétendument représenter l’unité nationale, mais qui, en réalité, n’est qu’une ruse pour maintenir le contrôle monopolistique des 5.000 Milliards collectifs, en vue d’entretenir le train de vie somptuaire d’une élite bureaucratique postcoloniale cupide, corrompue et parasitaire, au détriment du développement ;

- les Sécessionnistes, enfermés comme un œuf dans leur certitude de libérer leur « peuple » et incapable de la moindre raison.

Va-t-on indéfiniment assister impuissants, devant ce face-à-face sanglant entre deux extrémistes qui ont pris le pays en otage? Doit-on continuer à écouter cette racaille universitaire qui excite le Gouvernement à cette folie meurtrière, à coups de sophismes ?

Déjà, la fracture ne fait que s’agrandir et s’étend désormais dans la population civile. Jusque-là épargnées, les relations entre les deux Communautés sont restées fraternelles. Mais voilà que dans le Ndé dernièrement, les troubles ont opposé des autochtones Francophones aux déplacée Anglophones, avec morts d’homme.

A ce rythme, qu’est cela va donner ? Si le conflit sort des groupes combattants pour s’étendre à la société civile, quel pays commun pourrons-nous bâtir encore ensemble avec les Anglophones ?

Au point où nous en sommes, il n’est plus possible d’aller plus loin. Nous atteignons des niveaux d’horreur rarement égalées dans l’histoire pourtant sanglante des pays d'Afrique Noire.

Il faut immédiatement mettre fin à la saignée, en criminalisant aussi bien l’Etat unitaire que la Sécession et en instaurant immédiatement un Cameroun fédéral.
Ces deux groupes nous conduisent dans l’épouvante et l’horreur !