Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 05 15Article 513091

Opinions of Friday, 15 May 2020

Journaliste: Achille NOAH EKENE, sociopolitiste

Cameroun: la vacuité politique de l'opposition dans le champ politique


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les théoriciens de la nécro-politique présidentielle au Cameroun versent dans un ridicule qui trahit une incompétence à proposer une alternative crédible à la politique du Renouveau.


On ne saurait faire de la mort un projet politique ! Incapables d'une politique axée sur le long terme et fondée sur des programmes rationnellement élaborés, nos opposants recourent à des raccourcis en essayant de créer des accidents politiques qui pourraient suspendre, même tragiquement, la marche traditionnelle de l'État afin de leur permettre d'accéder au pouvoir: opportunisme politique !

Le premier fait remarquable est qu'ils manquent cruellement d'étoffe dans la dynamique constructive d'un basculement du statut quo. Qu'il s'agisse du PCRN du jeune Cabral ou du MRC de Monsieur Kamto, ancien thuriféraire du régime Biya, il existe une sorte gesticulation politique qui reprend à son compte, sans originalité propre, le schéma de reproduction du parti au pouvoir. L'essentiel de l'activité Politique se réduisant à la conquête asymptomatique du fauteuil présidentiel par un jeu de défiance-jouissance: une politique du spectacle !


La politique spectacle de l'opposition se résume à une agitation servile sur les réseaux sociaux (occupés par moins de 5% de la population camerounaise !), les ultimatums gratuits qui cachent mal des ventres qu'on veut amener au pâturages. Une politique du ventre!


Quand je dis que ces partis manquent d'originalité il faut bien qu'on se comprenne : un parti politique comme le MRC n'est rien d'autre qu'une excroissance Politique de l'aile droite du RDPC. (Le RDPC étant tout, sauf un parti homogène ! ) La circulation Politique des élites entre l'aile droite du RDPC et le MRC est opératoire dans les deux sens. Leur dénominateur commun est qu'ils sont violents, extrémistes et pouvoiristes jusqu'à la moelle épinière. Un fait spécifique ici est qu'ils sont favorables à la communion avec un certain type de délinquants politiques à la solde des causes peu orthodoxes ! Ils n'ont pas d'identité politiques fixes. Du coup, ils peuvent être au RDPC aujourd'hui et au MRC demain; opposants en journée et militants du régime la nuit: feymania et hybridisme Politiques sont leurs critères.


Plus grave encore, les partis politiques de l'opposition surfent hautement sur des réalités biologico-identitaires: la maladie (Covid 19), la mort ( Chef de l'État), les décès ( Maître Souop), le repli identitaire (suprématie d'un groupe ethnique, super intelligence d'un Gourou). Voilà des entités biologiques et identitaires qui meublent la conscience politique des opposants et qui fonctionnent essentiellement comme un véritable fonds de commerce. Politisation du biologique et ethnicisation du pouvoir politique.


Cette stratégie n'est pas nouvelle ; elle n'est pas une invention des partis politiques camerounais. Hitler Adolf s'appuyait aussi sur les entités biologiques et identitaires pour gouverner. Les gènes, la race, la mort, fonctionnaient comme ses béquilles politiques. La conséquence, nous la connaissons. Il n'est donc pas exagéré d'affirmer qu'au Cameroun, nous avons affaire à une opposition purement fasciste. Les fascistes ont partout dans le monde, la même méthodologie : l'exclusion et la discrimination, la haine, le repli identitaire, la violence, la terreur, les assassinats et le terrorisme comme stades suprêmes de conquête du pouvoir !


S'il est admis avec Bourdieu qu'un champ politique est avant tout un espace de lutte pour le pouvoir qui s'effectue par l'intermédiaire d'une concurrence pour les profanes, ou mieux, pour le monopole du droit de parler et d'agir au nom d'une partie ou de la totalité des profanes, il reste qu'il ne saurait s'agir d'une lutte anarchique, désarticulée, génocidaire.

Il s'agit plutôt d'une lutte symbolique qui a pour objectif l'imposition d'une vision du monde, elle-même devant être ratifiée par l'ensemble des profanes qui y adhèrent ! Entre l'hérésie des dominés et l'orthodoxie des dominants, il faut toujours un juste milieu, c'est l'éthique. C'est pourquoi ceux qui ont le contrôle de la production et de la manipulation des biens politiques (en l'occurrence les partis politiques) sont soumis à un devoir éthique : éduquer, éclairer, émanciper, non divertir et détruire !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter