Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 05 06Article 462589

Opinions of Monday, 6 May 2019

Journaliste: Boris Bertolt

CONFIDENTIEL: Maurice Kamto et Cie refusent la clémence de Paul Biya

C’est visiblement le Bras de fer définitif entre Maurice Kamto, ses alliés et le pouvoir de Yaoundé. Les détenus politiques “ préfèrent mourir plutôt que d’obtenir un pardon de Paul Biya” confie l’une de nos sources.

Alors que le pouvoir de Yaoundé envisage de les libérer afin de faire retomber la pression internationale sur le Cameroun, Maurice KAMTO et ses alliés rejettent “ toute mansuétude “. Ils affirment qu’ils ne savent pas “ pourquoi ils ont été jetés en prison et ne savent pas pourquoi ils devraient demander pardon “. Qu’ils ont été arrêtés de manière “ illégale et arbitraire et ne demandent que justice “.

Cette situation est alimentée par la sortie de Me Assira qui non seulement dans une récente tribune à Mutations a en toile fond laissé pensé que le non au Hold-up électoral était non fondé mais également appelé au bon sens de Paul Biya. Comme si les prisonniers politiques demandaient le pardon de Biya.

Or pour les prisonniers politiques Claude Assira ne parle pas en leurs noms. Ils démentent carrément avoir sollicité une quelconque négociation avec le pouvoir pour obtenir leur libération. D’ailleurs dans sa lettre de ce matin, Maurice KAMTO a comme je l’avais déjà indiqué clairement souligné qu’il n’a rencontré aucun émissaire du gouvernement de Paul Biya. Nos sources précisent que seul le collectif des avocats conduits par Me Emmanuel Simh et Sylvain Souop parle en leur nom.

Pour Maurice Kamto et ses alliés, la mansuétude de Paul Biya est l’équivalent de la Clémence D’Auguste et ils n’en veulent pas. Ils estiment que cette bataille c’est pour le peuple camerounais, les enfants et petits enfants qui ne vont pas vivre dans un pays où des gens peuvent être arrêtés parce qu’ils marchent pacifiquement. Pour cela Maurice KAMTO et ses alliés se disent “ prêts à mourir en prison”. Pour eux, il s’agit de “ l’ultime sacrifice “.