Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 04 30Article 509278

Opinions of Thursday, 30 April 2020

Journaliste: Patrice Nganang

Célestin Monga est-il jaloux de Maurice Kamto?

Voila une question qui est essentielle, et quiconque suit la scene politique camerounaise - celle qui parle de changement - de prêt, sait un certain nombre de choses: la premiere c'est que l'espoir d'avoir 'le Messie' a traverse tout le monde déçu par Fru Ndi, depuis au moins 2000, je dirai d'ailleurs concrètement depuis 2002. Indirectement, de manière subliminale, l'espoir s'était porté vers Celestin Monga, le presidentiable, du a sa lettre fameuse de 1990. La comparaison ne devrait pas étonner.

La reaction épidémique du pouvoir devant tout ce que Kamto dit, s'abattait alors sur Monga - il était donc vu autant par les journaux d'opposition qu'il finançait bien sur, Le Messager, Le Jour, Mutations, que par le pouvoir, comme 'l'homme de la situation.' 'Il fait peur au regime', est le critère chez nous. Que d'espoirs! Ils se sont réveillés encore plus avec l'election de Ouattara a la présidence. Et dire que Monga ne s'en privait pas. Ce role de belle femme courtisée lui plaisait sans doute. Il en profitait pour se presenter comme l'intellectuel, comme 'le grand intellectuel', comme on dit chez nous. Quand je lis ses analyses de ces jours-la, j'en ris vraiment, car elles sont répétitives, molles - son insistance sur l'habillement des gens est maladive, en fait, narcissique. L'aspect physique. Cela doit avoir une raison, ses raisons. Rappellez-vous pour comprendre ce que je dis ici, le désespoir public dans lequel nous étions, ses échanges avec Mbembe dans Le Messager, sur ceci, sur cela. Sur tout au fond, avec une arrogance qui aujourd'hui énerve enfin - 'satrapie' est resté dans le jargon public -, car fondée dans l'inaction, ou la conviction que plus les mots sont dur, plus Biya fuira. La mort de Pius Njawe, et la claque que Monga y a reçu a sans doute clot le chapitre de ses manigances publiques, car depuis il s'est absolument tu.

La naissance du MRC, et de Maurice Kamto a de ce point été salutaire, car un chapitre a été ainsi clos structurellement. Le silence a en effet deux étages - il est de verbe et de structure. Le peuple - et ici je parle évidemment des Bamileke - qui voyait en Monga 'le Messie', a tout simplement transporté ses rêves sur une autre personne, sur Maurice Kamto. Ils ont le meme profil - ils sont des technocrates. Ils ne sont pas des politiques. Ils prennent la politique pour un jeu intellectuel. Monga était économiste, comme Kamto est juriste, tous les deux internationaux. Ils ont a peu près le meme age, mais ce qui les unit au fond, c'est ceux qui sont autour d'eux. Ce sont les memes gens, les Bamileke d'abord, en qui tous les deux ils ne se reconnaissent pas - meme si Monga a tout de meme participe a la naissance de l'université des Montagne -, car ils se voient plutôt comme 'Camerounais.

' Ils sont en resume ce que les Bamileke ont pu produire de plus beau, mais qui, en retour, crachent dans la sauce bamileke - je me rappelle littéralement ici le rire de Monga quand il lui fut demandé de participer a une tontine -, et laissent ceux-ci donc sans personne pour véritablement défendre leurs intérêts - pour ce qui est par exemple de ce qu'ils deviendraient, au cas de l'indépendance de l'Ambazonie, car ils seraient alors redevenus la minorité qu'ils furent entre 1956-1961, quand le genocide fut perpétré contre eux, ou du moins mis en branle. Ces genres de questions, évidemment ne sont pas d'importance pour ces deux, loin de la - ils ont ce qu'il y'a de commun aux aîné intermédiaires, ils sont fainiants par réflexe, mais surtout, ils ont fait du schibboleth un réflexe autant personnel que public. Que politique.

Devant l'incarceration de Kamto, celle de Monga et son proces sont soudain devenus benins. La sortie de Monga aujourd'hui sur Twitter, ou il s'en prenait a des gens qui seraient devenus opposants par opportunisme, ne peut donc qu'être lue comme une claque publique a Kamto. Mais deja il faut preciser un certain nombre de choses - Monga était et est du cercle restreint autour de Mongo Beti - d'ou son hommage a Odile Tobner. Je ne crois pas que Kamto le soit. Leur schibboleth s'exprime donc de manière différente - chez Monga, par le fait de prendre Mongo Beti, qui est Bene, ou plus tard Achille Mbembe, Bassa, comme son porte-parole a lui, et il n'est pas seul en cela. Chez Kamto, son schibboleth se manifeste par le fait de transformer son parti, le MRC, en un parti qui au final exclue lui aussi sa propre base bamileke, qui la regarde par défaut, avec mépris donc. Kamto est, il faut preciser, Batchou, Monga est Zefa. C'est interessant de voir le vitriol public de Monga tomber sur la personne qui organiquement dans l'opposition a pris sa place - et surtout quand on sait que cette personne est Bamileke. C'est interessant de lire son desavouement de Kamto - qui a l'habitude de désavouer, par exemple de désavouer Fotso après sa mort , autant qu'il était désavoué par ce dernier avant la mort de ce dernier.

Cette relation conflictuelle, ici entre deux aines intermédiaires, a un nom public chez nous, et c'est la jalousie. Pas la haine, car au fond, Monga a suffisamment de surface publique pour ne pas devoir cultiver sentiment aussi profondément négatif. La jalousie donc. Et chacun l'a lu comme tel, c'est-a-dire ceux-la, qui voyaient en Monga jusque en 2002 leur 'Messie', et qui en 2012 ont reporté leurs sentiments identiques sur Kamto. Car les militants de Kamto sont ceux manqués de Monga. Je ne peux que sourire ici, car évidemment c'est intéressant de voir ce dialogue intra-tribal avoir lieu de manière aussi publique. Mais je me demande encore si ailleurs, les échanges sont aussi violents que chez les Bamileke. Monga n'a meme pas endosse la candidature de Kamto aux presidentielles de 2018.
Ca dit tout.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter