Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 01 22Article 486532

Opinions of Wednesday, 22 January 2020

Journaliste: Le Jour N°3096

Boycotter c’est voter - Valsero

Une élection est assimilable à une compétition, où les partis politiques sont des équipes, l’organe chargé de réguler l’élection (Elecam) est l’arbitre, et les citoyens sont des supporters. Comme chaque compétition, l’élection est régie par des règles. Ces règles garantissent l’équitabilité des chances et le respect des procédures. Les règles et les procédures sont compilées dans un document qui, dans le cas d’espèce, est le code électoral.

Le code électoral doit être conçu avec la participation de toutes les équipes. Il est dit consensuel, afin de garantir des résultats acceptés par tous et non contestables. L’impartialité de l’organe chargé de réguler l’élection et le respect du code électoral sont les préalables indispensables à la tenue d’une élection. Si ces préalables ne sont pas acquis, alors les supporters (citoyens) et les équipes spoliées dans leurs droits (partis politiques) ont pour alternative le boycott de ladite compétition (élection). Considérant cela, la première observation que nous pouvons faire est que le boycott ne peut pas s’appliquer pas au vote mais plutôt à une élection.

C’est la carte d’électeur (carte de supporter) qui confère le droit et le pouvoir au citoyen (supporter) de s’exprimer. Elle lui donne la possibilité d’influencer la compétition, de donner son avis et son opinion. Dans le cadre d’une élection (compétition), les citoyens ou supporters peuvent et sont libres de s’exprimer de trois manières différentes : soit par la participation (ils vont voter ou vont au stade), soit par l’abstention (ils ne vont pas voter ou ils ne vont pas au stade), soit par le boycott (ils sont contre la tenue de la compétition). Ceux qui boycottent essaient par tous les moyens pacifiques et non violents d’empêcher la tenue de la compétition et dissuadent les autres supporters et les autres équipes d’y participer. Au final, si l’élection ou la compétition se tiennent, les partisans du boycott n’en reconnaissent pas les résultats. Vous conviendrez avec moi, à la lumière de ce qui est dit plus haut, que boycotter c’est s’exprimer, c’est donner son avis, c’est participer, donc c’est voter.


Oui, dans le cadre d’une élection, le boycott, c’est un vote. Ne peuvent boycotter une élection que les partis politiques et les citoyens ayant une carte d’électeur. Il est important de souligner que le boycott ne s’applique pas qu’aux élections. On peut boycotter une marque, un produit, un pays, ou une destination. Dans tous les cas d’espèce, le mécanisme est le même. Quelles sont les raisons qui peuvent pousser au boycott, précisément dans le cadre d’une élection ou d’une compétition ? - La partialité de l’arbitre ou de l’organe chargé de réguler l’élection - La nature et la qualité des règles si elles ne garantissent pas les mêmes chances à toutes les équipes (partis politiques), pire encore si elles sont favorables à une équipe au détriment des autres - Si tous les citoyens ayant une carte d’électeur (ou supporters) ne peuvent librement s’exprimer pour des raisons indépendantes de leur volonté (ou venir librement soutenir leur équipe).

Ces raisons peuvent être d’ordre sécuritaire (NoSo), elles peuvent être des menaces et des intimidations, des discriminations de toute sorte. Toute élection organisée au mépris des trois préalables cités plus haut (impartialité, égalité de chances, libre participation en toute sécurité) aboutit inéluctablement à une instabilité et à des tensions sociétales. Toute élection organisée dans ces conditions aboutit inéluctablement à la partition de la société, à sa fragmentation et à sa dislocation. Tout citoyen ou supporter qui participe à une élection ou compétition organisée dans ces conditions contribue de manière directe et personnelle à la dislocation de la société et en est donc personnellement responsable. Il est clair que les conséquences du boycott sur la société sont le manifeste même de la nature de l’émotion des citoyens et l’expression de leur mal-être.

Encore une fois, le boycott ne s’applique pas au vote. Le boycott s’applique à l’élection. Il s’agit ici du vote pour le boycott de l’élection. Ce qui, bien sûr, est la solution extrême et ultime lorsqu’un consensus entre les équipes n’a pu être trouvé au préalable de l’organisation de l’élection. Le bulletin de vote est une arme, et comme toutes les armes elle peut être soit utilisée pour protéger les citoyens, soit être retournée contre les citoyens. Dans un contexte où un petit groupe de personnes a kidnappé la démocratie et joue les marionnettistes en manipulant le peuple, le boycott est le vote ultime qui permet au peuple de reprendre sa souveraineté. En conclusion, le boycott est le vote ultime qui forcera la machine infernale de conservation du pouvoir à s’arrêter. *Artiste engagé

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter