Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 03 30Article 501892

Opinions of Monday, 30 March 2020

Journaliste: BORIS BERTOLT

Bloqués à Dubaï, des Camerounais risquent l'emprisonnement

Plus d'une centaine de camerounais partis du pays pour aller faire des achats, du tourisme et affaires pour leur business sont bloqués à Dubaï. Des Camerounais en larmes et détresse se sont enregistrés auprès du consulat général du Cameroun à Dubaï depuis la fermeture des frontières au Cameroun pour manifester leur intérêt de rentrer au pays.

Le consul général Mr Donatien MEBOUOGUE est dépassé par la situation; ce dernier a transmis plusieurs requêtes à sa hiérarchie à Yaoundé sans succès. Malgré ses appels téléphoniques auprès des responsables du ministère des relations extérieures, il n’a reçu aucune réponse des autorités de Yaoundé.

La situation n'avance pas alors que le Kenya ,l’Éthiopie, le Nigeria, le Sénégal, la Cote d'ivoire ont déjà envoyé leurs compagnies rapatrier leurs compatriotes sous le regard des camerounais abandonnés.

Tous ces camerounais disposent de leurs billets retour mais les compagnies refusent de les embarquer parce que les frontières camerounaises sont fermées. La loi de Dubaï en matière d’immigration est claire: si un touriste dépasse la validité de son séjour il est frappé d’une pénalité de 150$ par jour soit près de 80000 fcf et plusieurs camerounais sont déjà dans cette situation. Certains ont été chassés des hôtels et d'autres dorment à l’aéroport. Le consul ne sait plus quoi faire il est dépassé.

Qu'ont fait les camerounais pour mériter ce degré d'irresponsabilité de leurs dirigeants? Ce n’est pas normal de maintenir des camerounais à l’étranger en insécurité sans même leur donner des informations. Il faut rapatrier tout le monde.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter