Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 03 31Article 502213

Opinions of Tuesday, 31 March 2020

Journaliste: Abdelaziz Mounde

Biographie funèbre de Paul Biya: voici la vérité non révélée


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

On m’a fait parvenir le lien d’une vidéo d’un frère, qui se présente régulièrement sous le titre de « Grand prince Njoya » Bamoun, devenu le temps d’un live, médecin légiste, rédacteur d’acte de décès et chroniqueur « d’obituary », biographie funebre de Paul Biya.

D’une part, la proximité réelle ou supposée avec le Fon Ibrahim Mbombo Njoya ne donne à quiconque la légitimité de détenir une information concernant le président Biya, les dessous du pouvoir et de surcroît la primeur de l’annonce d’une info, fake news de l’heure, agitant inutilement l’opinion, la détournant de l’essentiel : que le citoyen sache que le président de la République n’est ni Dieu ni demiurge, qu’il est au service des Camerounais et par conséquent, dans le devoir impérieux, voire l’obligation, de piloter personnellement, et de s’exprimer quand une crise grave advient, telle celle du Coronavirus, comme le font les chefs d’Etat dans les 182 autres pays touchés par cette crise. Ces chefs d’Etat qui ont multiplié, outre les discours à la Nation, des mesures sanitaires, d’urgence et économiques, pour prendre en compte toutes les dimensions de ce séisme planétaire.

D’autre part, il ne suffit pas de s’appeler Njoya pour être prince en pays Bamoun. Depuis le très illustre Fon Ibrahim Njoya, ce nom est devenu commun, donné à de nombreux enfants en reconnaissance de l’immense œuvre de ce monarque, inventeur, réformateur et innovateur africain de génie.

Enfin, bien qu’étant fils d’un prince, fils d’un Fon, de la lignée de Nchare Yen, fondateur du royaume Bamoun en 1394, venu du pays Tikar - frère du Fon Njimoluh Seidou, fils de Njoya en l’occurrence - on ne l’est pas automatiquement soi-même, à plus forte raison « Grand prince » !

Le Cameroun est un pays sérieux et il faudrait que les Camerounais redeviennent sérieux, n’avalant pas sans trier, ni mâcher toutes sortes de personnages, juste parce qu’ils disposent d’un téléphone pour faire un direct. C’est le pays aussi bien de Ndam Njoya, Mongo Beti, Jean/Marc Ela, Achille Mbembe, Bernard Fonlon que de tant et tant d’intellectuels de haut vol avant l’ère des directs délurés.

Pour éclairer davantage sur la question de la notabilité, je proposerai sur ma chaîne You Tube, une émission sur les règles d’attribution des titres chez les Bamoun et dans toutes nos contrées, afin que les Camerounais lisent davantage et suivent les travaux de qualité de nos historiens, ethnologues et sociologues.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter