Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2021 04 16Article 590110

xxxxxxxxxxx of Friday, 16 April 2021

Source: Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzo

'Beyala n’est pas cette vilaine femme comme beaucoup aiment à la peindre'

L’affaire qui oppose dame BEYALA à Paul CHOUTA continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Si j’ai bien évidemment plusieurs fois appelé à la libération de Chouta, il se trouve aussi que j’ai malencontreusement ignoré la souffrance de la victime!!! À cette époque, j’avais des discordes avec BEYALA sur beaucoup de sujets de société. Nous nous sommes même pendant un certain temps livrées à des publications pas assez tendre sur nos murs interposés pour affirmer nos positions. Ceci sans doute aura influencé mon impartialité légendaire que vous connaissez tous dans l’analyse de ce conflit Beyala Chouta.

Plus tard, quand je me retrouve moi-même au milieu d’une cabale et d’une violence sans merci sur les réseaux sociaux à cause de mes prises de positions politiques, qui va pousser mes adversaires politiques à me traiter de tous les noms d’oiseaux, faire des montages de photos nues sur moi, des montages de faux documents pour discréditer mon doctorat, signaler mes pages, trainer mon noble nom dans la boue et la salissure, dame Beyala contrairement à moi va mettre de côté nos conflits du passé pour me soutenir. Dans sa première publication de soutien, elle écrit:
“Docteure Modestine est une jeune compatriote très brillante qui fait la fierté de notre pays. Même si elle ne m’a pas soutenu quand je traversais les mêmes cabales qu’elle, ça ne m’empêche pas à mon tour de la soutenir. Il est inacceptable qu’encore à ce jour, on traîne au sol l’honneur et la dignité des femmes avec les attaques misogynes à cause de leurs opinions”.
Plus tard, elle m’enverra un autre message inbox : 'Bonjour Madame, oubliez ces gens, arrêtez de vous justifier. Ils aiment à insulter et à salir les femmes, les traitant de prostituées...Vous êtes sans doute plus que leurs épouses et leurs mères...Bon courage à vous.'

Je vous avoue en toute honnêteté que j’ai reçu le soutien de dame Beyala comme une claque. Cette dame venait de m’infliger une grande leçon de morale et d’humilité. Que ce n’est pas parce que tu es en discorde avec une personne sur X sujet que vous devenez des ennemis pour la vie !!! De part son geste, j’ai découvert une femme courtoise, sympathique, compatissante...qui indirectement me rappelait qu’on peut se battre aujourd’hui et demain, boire un verre ensemble !

C’est alors que je me suis souvenue qu’elle a peut-être toujours été ainsi !!! Nous sommes entre 2011-2012 à Paris, au plus fort de la crise post électorale en Côte d’Ivoire ????????. Tout comme moi, dame Beyala est très engagée dans la résolution de ce conflit. Chacune de son côté, nous écumons les plateaux télés, des conférences, débats, table rondes...pour parler de cette crise. C’est sans doute ainsi qu’elle entends parler de moi. De mon côté, si ses œuvres ont bercés mon enfance en m’inspirant d’une certaine manière, je ne l’avais jamais rencontré en personne. Un jour, je reçois un e-mail très courtois m’invitant à travailler avec elle sur son projet des africains de France ???????? qui visait à défendre les intérêts de l’Afrique face à cette puissance coloniale. Je vais décliner son invitation, car j’étais au bon milieu de mes travaux de recherche de doctorat. C’est entre autre en remontant ces souvenirs que j’ai compris que dame Beyala n’est pas cette vilaine femme comme beaucoup aiment à la peindre. Comme tout le monde, elle doit sans doute aussi avoir ses défauts. Mais au fond, c’est une très belle personne, une belle âme, une femme qui n’hésite pas à tendre la main aux autres, qui éprouve de la compassion pour son prochain…

Il n’est point question ici pour moi de me poser en juge ou avocate de cette dame, très loin de là. C’est une simple analyse de son profil psychologique qui m’a conduit à cette conclusion.

Sur le conflit avec Paul Chouta, si j’estime et à titre personnel qu’une détention préventive de deux ans c’est long, aujourd’hui et avec du recul, je comprends aussi le courroux de dame Beyala!

RIEN NE DÉTRUIT UNE EMME PUBLIQUE COMME LES ATTAQUES MISOGYNES !!! Dame Beyala pour se hisser au soleil dans un monde extrêmement misogyne (ou on n’hésite pas à traiter une grande écrivaine de renon, une dame qui fait la fierté de la femme africaine à travers ses œuvres littéraires, ou une jeune dame comme moi qui a eu son DEA (diplôme de troisième cycle) à l’âge de 23 ans, et un doctorat PHD à l’âge de 27 ans et citée sur les plateaux de France ???????? 2 comme un modèle pour la jeunesse française, de prostituées…) a donc du se forger une carapace en béton.

Débordant d’honnêteté, son discours a révélé les insultes qui lui avaient été lancées après qu’elle a annoncé son soutien au parti au pouvoir.
Mme Beyala a indiqué qu’elle s’était fait traiter de « prostituée», qu’on l’avait menacée sur les réseaux sociaux et qu’on lui avait dit que « sa place était dans les égouts». Les attaques misogynes se sont inlassablement succédé avec des commentaires dégradants et humiliants comme « Une autre femelle inutile…'. 'Elle harcèle un jeune enseignant pour le plantain...', alors que la pauvre dame déclare qu’elle était entrain d’être victime d’une agression.
Cet incident horrible, haineux, brutal rappelle la cruauté et la violence que peuvent exercer des mots. Mais surtout, il entache le discours politique actuel et l’égalité des femmes dans notre pays.

La situation est d’autant plus terrible que Mme Beyala n’est pas la première femme ni la première femme publique à subir une telle violence et de telles menaces. En politique, d’autres femmes ont reçu un traitement similaire. Trop souvent, un grand nombre d’entre elles souffrent en silence. Malgré les gains accomplis par les femmes, la misogynie flagrante qui prévaut dans la sphère publique m’atterre.

Il est définitivement temps d’adresser ce sujet de fond et y apporter des solutions radicales et définitives.

Les hommes, en particulier, ont un rôle déterminant à jouer. Les hommes doivent faire clairement comprendre à leurs congénères que la discrimination, comme le sexisme, n’est pas acceptable ni drôle et qu’ils ne la toléreront pas. Un homme qui est témoin d’un acte violent envers une femme doit le dénoncer et contribuer à y mettre fin. Pour qu’un changement s’opère, nous devons nous y mettre dès aujourd’hui. Les témoins ne peuvent plus se taire.

Il ne faut pas s’arrêter là. En plus d’exprimer clairement que l’intimidation des femmes en ligne et les menaces sont inacceptables, ce qui est un strict minimum, les hommes doivent appuyer les initiatives qui aident les femmes à jouer un rôle plus actif dans l’ensemble de la société, notamment dans leurs milieux de travail et la société civile.

Le Cameroun et le reste du monde doivent relever de nombreux défis. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre que la moitié de nos meilleurs citoyens ne se sentent pas les bienvenus en politique et sur la sphère publique. Notre pays a cruellement besoin de l’engagement des femmes dans le monde politique et public, et la misogynie entrave cette avancée, et il est temps de dire stop.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter