Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2019 05 03Article 462390

Opinions of Friday, 3 May 2019

Journaliste: Ndzana Seme

Ambazonie: divisés, les sécessionnistes veulent déposer les armes

Lorsque les vaillants fédéralistes (Agbor Balla, Neba Fontem, Mancho Bibixy, John Fru Ndi et autres), sur qui les lâches extrémistes de la diaspora crachent aujourd'hui, lancèrent cette révolution, les séparatistes du SCNC constituaient une infime minorité des décennies durant, car les anglophones ne supportaient pas leurs positions radicales.

Saisissant l’avantage offert par le terrorisme de Paul Biya sur le peuple anglophone, les extrémistes séparatistes ont pu radicaliser les populations anglophones terrorisées pour le séparatisme. C'est pourquoi la plupart des observateurs pensent que Paul Biya est le créateur du mouvement séparatiste ambazonien.

Les séparatistes devraient seulement savoir que, lorsque la paix sera rétablie et que le retour des réfugiés sera achevé, le peuple anglophone reviendra probablement dans la position de la sagesse, celle du fédéralisme.

Car tout comme la réplication du mirage du Sud-Soudan était facile à vendre aux populations anglophones terrorisées, le spectre de l'échec de la guerre séparatiste du Biafra, ainsi que son génocide d'un million de Biafrais, dont la plupart étaient des enfants anéantis par la famine - un spectre que la France et son régime fantoche de Biya cherchent à matérialiser en prolongeant la guerre et l’épuisement des Amba Boys -, le rétablissement de la paix incitera le peuple anglophone à réfléchir à deux fois avant de choisir la séparation.

Il rejettera sa quête du séparatisme, qui ne ferait ainsi que prolonger la guerre contre le Cameroun francophone oriental (que Paul Biya soit destitué du pouvoir ou non) ainsi que les traumatismes qui lui auront été infligés autant par l'armée du Cameroun oriental que par les Amba Boys, tandis que ses dirigeants (comme les Sako et les lâches extrémistes de sa diaspora) ne les rassurent pas qu'ils seraient différents de Paul Biya.

Le rétablissement de la paix sur le territoire du Cameroun occidental, ainsi que la cessation de tout chantage sur la sécurité des populations anglophones, rétabliront le règne de la paix, du pardon et du repentir, que toutes les parties à la guerre seront poussées à poursuivre, dès lors que la communauté internationale s'échine à atteindre cet objectif; les voix des radicaux de la diaspora seront réduites au silence, car ils porteront, avec le régime de Biya et les Amba Boys, une partie de la responsabilité des souffrances endurées par les populations anglophones.

En effet, dans le cas le plus probable où les anglophones seraient appelés à faire entendre leur voix lors d’un référendum, différents orateurs au cours de la campagne démystifieront la plupart des mensonges qui leur sont servis par les extrémistes séparatistes et les extrémistes du régime de Biya, et les fédéralistes anglophones, qui sont le juste milieu entre ces extrémistes unitaristes et séparatistes, gagneront leurs cœurs.

Pour précipiter la meilleure fin de la crise anglophone au profit des populations en détresse, la diaspora et le peuple francophones sont appelés à préparer l'éviction des auteurs de ce génocide anglophone, à savoir Paul Biya, son régime néocolonial et leurs sponsors français, dans le cadre d'une révolte populaire générale pourvue de tous les moyens nécessaires.

En effet, si les séparatistes anglophones avaient cherché à éliminer la principale menace, que représente le régime de Biya, en s'assurant que la partie francophone du Cameroun adhère à sa révolution - au lieu de la grave erreur qu'ils ont commise de refuser systématiquement toute main tendue des camerounais francophones, les insultant et les maudissant plutôt -, la paix aurait été rétablie sans des tragédies et des souffrances aussi graves pour le peuple anglophone.