Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 21Article 609271

Opinions of Wednesday, 21 July 2021

Auteur: Maitre Nouga

Affaire Nourane : maitre Nouga fait le procès des fonctionnaires camerounais

Le policier injurieux n'est pas un agent de police. Le policier injurieux n'est pas un agent de police.

Maitre Nouga s’est montré très engagé depuis le déclenchement de l’affaire qui oppose la deputée Nourane Foster aux policiers de la ville de Bafoussam. Dans un premier post, il avait indiqué que la liberté d’aller et de venir est un droit constitutionnel comme pour soutenir l’acte que voulait poser le député en défonçant la barrière érigée par la police. Dans le texte ci-dessous, l’avocat dit encore son étonnement contre la stigmatisation observée de la part d'une certaine élite intellectuelle contre la jeune député Nourane. Lire en intégralité la sortie de l’avocat proposée par Camerounweb.com.


Je suis étonné de la stigmatisation observée de la part d'une certaine élite intellectuelle contre la jeune député Nourane F. Sur la voie publique, le policier injurieux n'est pas un agent de police. Comme dans un bureau administratif le fonctionnaire corrompu, concessionnaire, tribaliste, paresseux et condescendant n'est pas un agent de l'état. Le service public dont l'exercice ne se rattache pas aux exigences constitutionnelles et légales est une usurpation. Et de plus en plus, c'est le cas au Cameroun. Les fonctionnaires se font appelés les "institutionnels" et ne manquent aucune occasion pour affirmer leur supériorité sur le reste de la population. En créant quelques fois entre eux des concurrences délétères à la marche de l'État. Tenez, il y a quelques années, et c'est toujours plus courant qu'on ne le dit, un magistrat du parquet s'est fait proprement molesté et jeté en cellule parcequ'il entendait faire le contrôle légal des gardes à vue d'une unité de police. Des Avocats commis par la loi à l'assistance des personnes objet d'une poursuite judiciaire sont régulièrement molestés et renvoyés à leur place... Par des policiers et souvent des magistrats commis à l'enquête ou à l'information judiciaire. Dans les bureaux administratifs, c'est chaque agent qui fait la loi. N'essayez pas de regimber, il vous balance mieux que le doigt de l'agent de police de Bafoussam face à l'honorable Nourane... Et c'est le cas à tous les niveaux. La nomination à un poste de responsabilité administrative confère à l'impétrant une propriété de fait de ce service qu'il va gérer à sa guise selon sa volonté. Le niveau d'études ne change rien à la situation. On observe une appropriation de fait de l'état par une classe de fonctionnaires véreux qui plombe toute la machine administrative et l'efficacité de l'État.
L'incident de Bafoussam semble avoir donné l'occasion à cette classe néo dictatoriale de justifier l'injure, la condescendance, l'illégalité, le mépris de l'autorité de l'État par la stigmatisation d'un député de la nation désireux de jouir de sa liberté d'aller et venir face à une horde de fonctionnaires imbus des avantages du service.
Non... Je proteste.