Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsActualités2021 09 09Article 617881

Opinions of Thursday, 9 September 2021

Auteur: www.camerounweb.com

Affaire Mirabelle : Boris Bertolt et 100 000 FCFA envoyés à l’enquêteur

Boris Bertolt et 100 000 FCFA envoyés à l’enquêteur Boris Bertolt et 100 000 FCFA envoyés à l’enquêteur

Depuis quelques heures, le lanceur d’alerte Boris Bertolt est accusé d’avoir tenté de corrompre l’enquêteur qui suivait l’affaire de la jeune Mirabelle à qui les membres du PCRN avait attribué un rôle dans une sextape. Maître Cheikh Ali Al Assad qui était sur place au moment des faits, livre sa version.

J'ai vu une publication circuler dans les réseaux sociaux dans laquelle il est annoncé que les « afficionados de Maurice Kamto ont voulu corrompre l'enquêteur de la brigade de recherches dans l'affaire Mirabelle »

Voici la réalité :

Un compatriote de la diaspora ayant appris les malheurs de la jeune enfant a décidé de lui offrir 100 000 francs pour la soutenir. Seulement ne disposant pas du contact de la fille, il a joint Boris Bertolt qui était en contact permanent avec la fille.

C'est ainsi que l'argent a été envoyé à Boris Bertolt . Malheureusement au moment d'envoyer l'argent il a confondu le numéro de l'avocat de de Mirabelle, Me kengne avec celui de l'enquêteur. S'étant rendu compte de son erreur, Boris Bertolt a immédiatement écrit à l'enquêteur pour le prier de lui réexpédier l’argent.

L'enquêteur devant toutes les parties intéressées, l'enquêteur a expliqué l'incident à son supérieur hiérarchique. Il a terminé en disant que c'est la justice divine qui a permis cette erreur. Le commandant de la brigade a déclaré qu'effectivement il n'était que justice que Bertolt qui critiquait la brigade se trompe.

Ils ont décidé qu’ils ne restitueront l'argent que lorsque Bertolt se sera présenté personnellement à la brigade de recherches. Comme on le voit l'enquêteur lui-même a reconnu que c'est par erreur que Bertolt lui a envoyé l'argent et que Bertolt l'a supplié de lui restituer cet argent.

Je me répète : lorsqu'on ne sait pas mieux vaut se taire. Lorsqu’on n’avait rien fait du vivant de la petite pour l'aider mieux vaut respecter sa mémoire.