Vous-êtes ici: AccueilTribuneOpinionsArticles2021 07 13Article 607897

Opinions of Tuesday, 13 July 2021

Auteur: Alex Gustave Azebaze

Affaire Fecafoot : le journaliste Alex Gustave Azebaze raille le pouvoir éphémère de Yaoundé

Ça se joue finalement où ? Ici ou à Genève ? Ça se joue finalement où ? Ici ou à Genève ?

Revenant sur les évènements qui ont secoué la journée de lundi dernier notamment dans l’affaire ministère des sports, sous-préfecture de Yaoundé II et Fecafoot et au cours de laquelle l’autorité administrative a interdit la tenue de l’assemblée générale de la Fecafoot avant de se dédire, le journaliste pense que l’Etat du Cameroun qui aime brandir sa souveraineté a fléchi au petit hochement de la tête de la Fédération Internationale de Football Association (Fifa). Lire en intégralité son point de vue.

"Ça se joue finalement où ? Ici ou à Genève ?

Début à l'hôtel Mont Febe de Yaoundé l'assemblée générale extraordinaire de la Fecafoot Fecafoot convoquée par la direction intérimaire assurée par Seidou Mbombo Njoya. L'ordre du jour porte essentiellement sur l'adoption des textes statuaires remaniés à la suite de la décision du TAS de janvier dernier annulant le processus électoral de 2018 à la fédération.
Fait important : alors que 48h auparavant le ministre des sports et de l'éducation physique Prof Mouelle Kombi de fendait d'une longue lettre intimant à la Fecafoot de surseoir à la tenue de cette AGE, prétendait-il, "illégale", laquelle intimidation a suivi hier par une décision du sous-préfet de Yaoundé 2 rapportant le récépissé de déclaration validée quelque temps auparavant, l'image de l'ouverture que vous voyez montre non seulement l'effectivité de l'ouverture de l'AGE, plus avec la présence des représentants du Minat, du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), du président d'honneur de la CAF Issa Hayatou.

Qu'est-ce qui s'est passé pour que cette Assemblée Générale Extraordinaire se tienne au jour et à l'heure dits par ses organisateurs? Juste la lettre conjointe de la CAF et la FIFA sur papier entête de l'organisme international basé à Genève, capitale suisse, a sommé l'état du Cameroun de ne pas s'ingérer dans la gestion des affaires internes de la Fecafoot. C'était hier soir. On découvre les effets ce matin. Le système gouvernant qui semblait, par la sortie du Minsep et le sous-préfet de Yaoundé, ne pas vouloir cette Assemblée Générale Extraordinaire en ce moment-ci, affirmant l'autorité dite de l'État semble avoir battu en retraite.
Quel enseignement faut-il tirer de cette actualité ? Juste un peu moins de certitude et d'assurance à ceux qui chaque jour raillent les opposants et activistes camerounais manifestant à l'étranger en leur disant que c'est sur place ici, c'est-à-dire sur place au Cameroun, que ça se joue."