Vous-êtes ici: AccueilWallOpinionsArticles2020 08 18Article 535549

Opinions of Tuesday, 18 August 2020

Journaliste: BORIS BERTOLT

Acculé, Amougou Belinga menace de fermer le Groupe l'Anecdote

Suite à la divulgation des audios de ses conversations, Amougou Belinga est rentré dans une colère folle et a décidé pour l’instant d’arrêter partiellement ses activités. Peut-être veut-il faire du chantage, l’avenir nous le dira.

Les entreprises qu’il compte fermer sont: La radio Satellite, la television Vision 4 et ses organes de presse dont le journal l’Anecdote.

Les entreprises qui resteront opérationnelles sont Vision Finance, ISAM et l’entreprise de BTP.

Le personnel des entreprises fermées devront aller garder les voitures à l’ISAM. A la télé

A partir de lundi prochain, service minimum. Directeur technique à la radio et directeur technique à la télévision. Personne n’entre plus.

Amougou Belinga ne comprend pas comment c’es audios ont circulé. Et tout le monde autour de lui nie son implication. Ainsi, dimanche, Ines Belinga qui a participé à des enregistrements a été chassé de sa résidence dimanche soir.

Inès Belinga est la porte parole et la chargée de communication du groupe l’Anecdote. Elle était à ce titre selon l’entourage du ZOMLOA impliqué dans les enregistrements et elle devait les sauvegarder.

Les enregistrements devaient être stokés dans une machine et sécurisés dans le pool informatique.

Amougou Belinga affirme qu’il enregistrait afin que ceux qui auraient voulu nier leurs liens soient dans l’incapacité de le faire.

Le ZOMLOA affirme avoir été trahi et dit qu’il ne veut plus jamais la voir.

N.B: A ceux qui ne comprennent pas ce qui se passe, nous sommes en plein scandale d’Etat. Un homme d’affaires qui a mis sur écoute les personnalités les plus importantes et puissantes de la République dont certaines travaillent dans la sécurité de Paul Biya. Sans compter ses collaborateurs directs, les membres du gouvernement et DG. Avec certains il a entretenu des relations mafieuses tel que révélées par les écoutes téléphoniques. C’est un scandale d’Etat.