Vous-êtes ici: AccueilCulture2020 12 16Article 562925

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 16 December 2020

Source: Camerounweb.com

Voici ce que l'Ivoirienne Emma Lohoues pense du cinéma camerounais

Elle a accordé une interview au quotidien d’Etat Cameroon Tribune.
Dans les colonnes du quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 16 décembre 2020, l’actrice ivoirienne Emma Lohoues est revenue sur sa relation avec le Cameroun. Davantage sur son rôle en tant que présidente du jury « long métrage Cameroun», et du jury «court et long métrages Afrique centrale» aux Ecrans Noirs 2020.

L’actrice révèle qu’après avoir reçu la nouvelle du rôle qu’elle allait jouer au cours de cette édition des Ecrans Noirs du délégué général lui-même, Bassek ba Kobhio, elle a été très honorée. «C’était une expérience enrichissante et pleine de rebondissements. Le faire pour un festival camerounais était assez particulier… j’ai une relation affective avec le Cameroun. Je voulais venir au Cameroun en courant. Mais, c’est le festival Ecrans Noirs qui m’a demandé de ne pas faire le déplacement pour cause de pandémie du coronavirus», peut-on lire.

Ainsi, «j’ai reçu des liens pour visionner les films de mes catégories, et je me suis enfermée pour le faire. Par la suite, nous avons délibéré par visio-conférence avec les membres de mon jury», confie-t-elle dans les colonnes du journal.

Cette actrice raconte sa relation avec le Cameroun: «le cinéma camerounais et moi, c’est une vieille histoire. J’avais été maîtresse de cérémonie d’ailleurs au festival Ecrans Noirs en 2012. Un an plus tôt, j’avais découvert le Cameroun grâce au film ‘’Le mec idéal’’ qui y était en compétition officielle et dans lequel j’incarne le rôle principal», note le reporter.

Enfin, sur le niveau du cinéma camerounais, elle déclare que: «le cinéma camerounais gagne de plus en plus en maturité. Il a bien progressé au niveau de la technique et de la qualité artistique. J’ai visionné les films et je peux vous dire que j'ai découvert de belles mises en scène sur des scénarii bien ficelés», lit-on.