Vous-êtes ici: AccueilCulture2019 11 10Article 475616

Culture of Sunday, 10 November 2019

Source: lookatshow

People: un artiste ivoirien battu au Cameroun pour une femme

Récemment, l’artiste était au centre d’une vive polémique au Cameroun pour une « affaire de femme », dit-on. Stelair s’explique.

Dans une vidéo récemment diffusée sur la toile, Stelair parti pour un spectacle à Yaoundé, est pris à partie par un groupe de jeunes Camerounais. Aux dires de certaines langues, l’artiste chanteur ivoirien aurait eu une relation amoureuse avec une jeune fille camerounaise en couple avec un promoteur de spectacle à Yaoundé.

Interrogé sur la fameuse polémique, l’artiste de la Génération Chiley, dit sa part de vérité sur le site Vibe Radio.CI, « Je n’ai jamais couché avec la femme d’un quelconque promoteur de spectacle au Cameroun, c’est une pure invention de certains internautes », clame t-il.

Le jeune arrangeur-chanteur ivoirien fait savoir que ce qui s’est passé relève d’une histoire de sou, « A la base c’est une affaire d’argent. J’avais en fait effectué un premier voyage au Cameroun il y a plusieurs mois de cela. Il y a un homme du show-biz là bas à qui le promoteur qui m’a contacté a confié la tâche de faire une campagne médiatique de la tournée. Ce dernier a plutôt fait une tournée de showcase. Il a pris de l’argent aux gens à mon nom. La tournée n’a jamais eu lieu et il a disparu dans la nature, sans rendre compte au promoteur. Et quand je suis reparti récemment au Cameroun, le promoteur du nom de Joel Mpellé et ses sbires ont déchargé leur colère sur moi tentant de me molester, sous prétexte que je leur aie roulé dans la farine. On a finalement pu s’expliquer, il s’est rendu compte que c’est son tourneur qui l’a plutôt «doublé»,

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter