Vous-êtes ici: AccueilCulture2021 02 24Article 575488

Culture of Wednesday, 24 February 2021

Source: Actu Cameroun

People: accusé de viol en France, Longue Longue dévoile comment l'Etat l'a aidé

Condamné à 8 ans de prison le 2 décembre 2011 pour une sombre histoire de viol, l’artiste-musicien a été finalement libéré en 2014 au terme d’un procès en appel. Pendant ce sejour en prison, il y a des Camerounais qui l’ont soutenu.
Alors qu’il était au sommet de sa gloire, en 2005, une triste affaire de viol va ternir l’image de Longue Longue. La nommée Ebène Mbassi, une française d’origine camerounaise, accusait l’artiste-musicien d’avoir abusé sexuellement de sa nièce âgée de 17 ans au moment des présumés faits.

Condamné à 8 ans de prison le 2 décembre 2011, Longue Longue a été finalement libéré le mardi 16 décembre 2014 au terme d’un procès en appel. Sur le plateau de l’émission Entrevue Mag, «Le libérateur libéré» a eu l’occasion de revenir sur cette sombre histoire qui a failli détruire sa carrière musicale.

«Les gens sont méchants. Moi j’arrive en France je suis encore très jeune, j’ai 35 ans. Je rencontre une dame qui a 55 ans, une camerounaise qui a la nationalité française. Elle me dit marions nous. Au bout d’un mois je suis à la mairie. Les gens que j’ai rencontré là-bas m’ont dit Longue Longue marie toi si elle est française tu prends les papiers. J’ai accepté et après je me suis rendu compte que c’était un cadeau empoisonné. Apparemment la dame voulait jouir de sa vieillesse, profiter du succès d’un jeune garçon, il fallait que je l’emmène partout et ça ne pouvait pas donner », se souvient-il.


« Il n’y a jamais eu de viol »

Il poursuit : « Là j’ai tout abandonné, même les papiers je n’ai pas eu. En ce qui concerne l’histoire de viol, il n’y a jamais eu de viol. On vous interpelle pour une affaire de mœurs en France, 3 mois après on vous libère. On vous laisse venir 7 fois au Cameroun avant votre procès. Je suis parti du Cameroun pour aller me faire juger en France. J’ai respecté 66 mois de contrôle judiciaire. J’ai participé à mes deux procès en provenance du Cameroun…Il y a des camerounais de bonne foi qui m’ont soutenu. Le président Ngouchingue Sylvestre qui m’avait fait un virement de 10 000 euros. L’état du Cameroun qui m’a soutenu avec 49 000 euros».