Vous-êtes ici: AccueilCulture2021 02 16Article 573703

Culture of Tuesday, 16 February 2021

Source: www.camerounweb.com

Passé trouble avec Eto'o: Nathalie Koah laminée par un internaute

"Ma profonde conviction sur le cas Nkoah, est qu'il y a une escroquerie médiatique dont elle est complices, à travers laquelle on veut nous vendre un vin nouveau dans de vieilles outres", c'est en substance les propos d'un internaute à l'endroit de Nathalie Koah invitée sur le plateau de l'Arène. Si sa partipation à l'émission est mal vue, cet internaute estime que l'entrepreneure n'est pas encore le modèle qu'elle prétend donner ou montrer et qu'il est trop tôt de montrer sa réussite vu que son passé avec le gain qui va avec, l'a aidé à monter ses affaires. Il exhorte les médias à donner du temps à la dame de bien travailler dans l'ombre et de construire son empire mais pour le moment dit-il, il n'en est pas le cas.


LE PROBLÈME N'EST PAS NATHALIE NKOAH

Tout le génie de Jurgen Habermas a été de nous dire ce qu'est vraiment l'espace public.
Toute sa science a consisté à montrer que l'espace public est un lieu de manipulation par excellence, où les pouvoirs s'affrontent en se neutralisant.
Parce que l'espace public n'est pas neutre d'idéologies, parce qu'il charrie des subjectivités dans ce qu'elles peuvent avoir d'arbitraire, les médias s'invitent de manière salutaire dans l'espace public pour exercer un rôle d'arbitre, par lequel ils permettent de sauver le sens; et de ne pas le noyer ou le perdre dans le feu des manipulations.

Par leur fonction tributienne, leur rôle éssentiel d'information et de culture, les médias se font de fait gardiens du sens et en ouvriers de la reliance, dans un espace public naturellement clivé et exposé à l'arbitraire.
C'est ce privilège qu'ont les médias et les journalistes.

Celui de légitimer, informer, cautionner, suggérer, prescrire et contribuer à la fabrication de l'élite; ceux qui, par leur travail et leur génie, sont devenus les phares, ceux dont on suit les traces en inventant le futur.
C'est cet ensemble de privilèges et responsabilités dévolue à la presse qui en fait ce qu'il y a, probablement, de plus important dans l'espace public.
Et si les médias sont si importants aux yeux des acteurs qui opèrent au sein de l'espace public, c'est précisément parce qu'ils leur reconnaissent et concèdent à la fois le pouvoir et la capacité non pas seulement de rendre compte, mais aussi de sublimer leurs contradictions en produisant de la matière nécessaire pour imstruire le progrès.

Les médias sont donc juges.
Ils sont juges du sens et garant des valeurs qui fondent l'idéal des sociétés qui zavent faire société. La parole qui est dite sur les médias engage donc au premier chef la société. Et la société doit être en capacité de juger, sans complaisance, de l'action des médias, lorsqu'ils ne savent plus se mettre au service du progrès ou tout simplement faire rêver.

C'est exactement pour cela que, prenant publiquement la parole, je me suis résolu à dire un mot sur la présence pour le moins surprenante de deux compatriotes (ayant bâti l'éssentiel de leur réputation sur les réseaux sociaux) dans une émission culte qui, par la force des choses, fait désormais partie intégrante de notre patrimoine culturel.

L'Arène, quoiqu'on en dise, s'est durablement ancrée dans nos moeurs, et s'est constituée en tribune de ce que l'élite camerounaise peut compter de crême. Ce n'est donc pas un lieu commun! Reconnaissons-le. Ce qui fait débat et problème, c'est non pas le passé sulfureux de l'invité d'hier soir, comme tentent de l'insinuer certains esprits simples.

Ce qui trouble le sens, c'est le parachutage de Madame Nkoah, à un endroit où on ne l'attendait pas [encore]. Même pas ses fans. Qu'est-ce qui a bien pu légitimer la présence de cette jeune femme sur cette auguste tribune, hier soir?

Quels sont les faits d'armes récents ou passés qui concourent à imaginer tant soit peu, qu'elle prenne place pour pontifier devant la jeunesse de la République? Est-ce sa réputation? Le nombre de ses followers sur la toile? Le nombre de likes et de coeurs qu'elle engrange après chacune de ses publications sur Instagram? Ses entreprises?

Elle en a combien? Et si ce sont ses entreprises, quels en sont les chiffres et les performances exceptionnelles qui puissent justifier que ce soit elle et pas une autre, qui se voit ainsi exposée à l'autel du mérite national?!
Ceux qui pensent qu'en récusant la présence de madame Nkoah, nous refusons d'oublier son passé doivent bien se demander si ce n'est pas pour son passé qu'on dit sulfureux, que cette jeune dame entreprenante, comme il en existe des milliers au Cameroun, a été invité dans la ?cour des grands?.

Que les choses soient claires une fois pour toute. Le passé et les erreurs de cette dame ne nous intéressent pas. Chacun de nous a bien ses casseroles!
Ceux qui se sont constitués en "défenseurs" de Nkoah, pour nous expliquer qu'il faut renoncer à lorgner dans son passé pour comprendre le sens de sa présence hier à la télé, doivent maintenant nous dire ce qu'il y a d'exceptionnel dans son présent, qui justifie la consécration de son exemplarité en prime time, et qui ne renvoie tant soit peu à passé.
On ne peut pas à la fois nous interdire de regarder dans le passé et ne rien dire sur ce qu'il y a d'exceptionnel dans son présent qui n'oblige à convoquer son passé!

On ne peut pas nous demander d'oublier le passé, et s'étonner de nous entendre dire qu'en excluant son passé, son présent (en dehors de TOUT son passé) tomberait bien fatalement dans l'ombre de la banalité, où il n y aurait plus rien d'exceptionnel à offrir aux voyeurs.

Ma profonde conviction sur le cas Nkoah, est qu'il y a une escroquerie médiatique dont elle est complices, à travers laquelle on veut nous vendre un vin nouveau dans de vieilles outres.

Il faut laisser cette jeune dame se forger et se réinventer dans l'ombre, sans surrenchère médiatique. Le vrai peuple, pas la la foule, saura lui dire sa reconnaissance, lorsqu'elle sera devenu un phare. Une étoile. On y est pas encore !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter