Vous-êtes ici: AccueilCulture2020 11 12Article 555592

Culture of Thursday, 12 November 2020

Source: crtv.cm

Le groupe Kassav en concert à Yaoundé

Arrivés à Yaoundé ce 09 novembre 2020, Jacob Devarieux et Jocelyne Béroard, membres du groupe mythique d’origine antillaise se sont confiés aux journalistes culturels.

C’était un échange plutôt franc qui s’est déroulé ce 10 novembre 2020 entre Jacob Devarieux, Jocelyne Béroard, artistes-musiciens du groupe Kassav et les membres du réseau des journalistes culturels du Cameroun. Ceci dans le cadre des après-midi Rj2C Talk initiés par ledit réseau. Au cœur des échanges de ce jour, des confidences, des conseils et surtout des souvenirs.

Les amis du Cameroun

Prenons par exemple cette anecdote rappelée à Jacob Devarieux et qui dans un fou rire avoue se considérer comme un camerounais. Le “mitoumba”, mets traditionnel camerounais fait à base de pâte de manioc et d’huile rouge réputé en pays bassa qu’une admiratrice lui aurait promis lors de son dernier séjour au Cameroun en est la cause. En tout cas, il ne rejette pas cette hypothèse, car en bon touriste, il essaie de goûter à tout.

« Je me sens bien dans ce pays, la preuve, je reviens à la moindre invitation. J’ai dû gouter plusieurs mets de ce pays, et peut-être je me suis fait envoutée à travers cela. », déclare-t-il tout souriant.
Il poursuit en rappelant qu’en réalité, nous vivons juste en face et nous avons les mêmes décors, les mêmes morphologies, les mêmes attitudes. « Si vous vous retrouvez aujourd’hui aux Antilles, on ne saura que vous n’êtes pas de là seulement à cause de votre accent qui est différent ».

Et pourtant, Jacob Devarieux vu récemment sur une photo d’archives en compagnie du chanteur Petit Pays, a du mal à se souvenir de la prise. Et comme avec l’annonce de sa mort sur les réseaux sociaux, il accuse des personnes mal intentionnées de vouloir lui causer du tord.

Jocelyne Béroard quant à elle, reconnait que ses meilleurs copains sont des camerounais. Même s’il est vrai que la qualité de ses souvenirs dans le pays lui-même est mitigée. « Les mauvais moments aussi loin que je me souvienne au Cameroun sont liés aux mauvais payeurs, à des personnes qui à ce moment-là avaient le pouvoir de semer le désordre. Sinon, je n’ai pas d’atomes crochus avec le Cameroun ».

Kassav_Concert_Yaounde

Féminicide

Devant la montée accrue des violences à l’endroit des femmes dans le monde, Jocelyne Beroard a tenu à dire que personne n’a de droit sur la vie des autres et les femmes devraient partir dès la première gifle. « Il ne faut pas attendre que cela dégénère pour se rendre compte que l’on est enfermée dans un gouffre.

C’est le cœur meurtri qu’elle a condamné les crimes perpétrés dans dans certaines régions de notre pays. ” Comment comprendre que l’on ôte la vie à un enfant ? C’est inadmissible. Les femmes devraient se mettre ensemble pour essayer d’offrir un monde plein de joie et de bonheur pour les enfants. Car c’est l’amour qu’on leur donne, qu’ils rendent en retour. Si une personne n’a pas reçu de l’amour durant son enfance, il ne peut pas en donner. Et c’est à cause de celà que nous vivons toutes ces guerres”.

Le show de vendredi

C’est un répertoire équilibré de leurs morceaux phares tels que “Ou lé” “Nwel”, ” Nwem Diw Awa” ou encore “Zouk La Se Sel Medikaman”, etc., très appréciés par les Camerounais et leurs nombreux fans, que le groupe Kassav entend offrir ce 13 novembre 2020 à Yaoundé. Après un séjour privé à Bafoussam à l’Ouest du Cameroun où ils ont joué durant un mariage, le groupe composé d’une vingtaine de membres espèrent satisfaire les uns et les autres.

Et à la question de savoir pourquoi jouer dans un petit espace après avoir rempli des stades et déplacés des milliers de personnes, Jocelyne Béroard a répondu.

“On ne joue pas pour le nombre de personnes, mais pour que le nombre de personnes en face apprécient le moment et le partage avec nous” .

En tout cas, pour vivre en live ce moment de musique by Kassav, il faudra prendre ses marques du côté du Boukarou Lounge, pour un moment inoubliable.

Kassav

Tiré du mot Cassava qui signifie manioc en créole, une langue parlée aux Antilles, le groupe Kassav a été crée en 1979 en Guadeloupe. Le “Gwo ka” style de musique que valorise le groupe est au centre du devenir des rythmes musicaux des Antilles à l’intérieur comme à l’extérieur.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter