Vous-êtes ici: AccueilCulture2021 07 22Article 609547

Culture of Thursday, 22 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Je souhaite partir de ce pays parce que ma vie est menacée ici - Shakiro à DW

Une image de DW Une image de DW

• Shakiro après cinq mois de prison , s'est livré à DW

• L'homosexuel relève les mauvais traitements dont il a été victime en prison ainsi que son compagnon Patricia

• Il désire quitter le Cameroun pour un autre où il sera plus accepté



Dans une interview accordée au média allemand Deutsche Welle, l'homosexuel' Shakiro a révélé les traumatismes et les agressions qu'il a subi lors de son incarcération en compagnie de son ami Patricia à la prison centrale de New-Bell, à Douala. Loïc Njeukam s'indigne du traitements inhumains dont ils ont été victimes et déclare qu'ils sont traîtés comme des sous-hommes.

"Un bandit ou un criminel est mieux traité que qu'une personne qui va en prison pour pratique d'homosexualité. On a été traité comme des sous-hommes.
Le jour où Patricia et moi sommes entrés en prison, on nous a enchaînées avec des cadenas et battues le soir même. J'ai trop souffert ! J'ai passé deux jours avec les chaînes et j'ai dû payer 15 000 FCFA pour qu'on me les retire", a laissé entendre Skakiro dans un accoutrement de femmes face aux journalistes de DW.

Après cinq mois de prison, 'le célèbre homosexuel" du Cameroun a toujours peur pour sa vie et s'est confié qu'il a peur de sortir dans les rues au risque d'être agressé. Son plus grand désir est de vivre libre dans un endroit où son orientation sexuelle est acceptée. "Je souhaite partir de ce pays parce que ma vie est menacée ici. Depuis ma sortie de prison, j'ai des amis qui veulent qu'on sorte mais je ne peux pas. En le faisant, les gens vont penser que j'essaye de faire le bras de fer avec la loi, vu que je me plais dans le corps d'une femme, forcément je vais sortir maquillée, habillée en femme et certaines personnes peuvent me faire du mal. J'ai peur de la population, la justice populaire. Si je sors, je sais ce qui m'attend", déclare-t-il tout en peine. Mlagré leur libération par leur avocat Alice Nkom, la procédure judicaire suit toujours son cours.