Vous-êtes ici: AccueilCulture2020 09 08Article 540319

Culture of Tuesday, 8 September 2020

Source: francophonie.org

Cameroun : le cinéma pour lutter mariage forcé et la radicalisation

Deux courts-métrages sur la prévention du mariage forcé et la radicalisation ont été réalisés dans le cadre du projet de « Ciné-théâtre participatif » de la Compagnie théâtrale et cinématographique Mbagoutolom (COTHECIM), mené avec le soutien de l’OIF.

Face à la crise sécuritaire qui sévit à l’Extrême-Nord du Cameroun, la Compagnie théâtrale et cinématographique Mbagoutolom (COTHECIM) encourage les jeunes du Mayo-Sava (Mora et Aïssa-Hardé) et du Mayo-Tsanaga (Tourou,Maxi, Mabass) à croire en leur potentiel, à s’impliquer pour que leur voix compte dans les processus de prise de décision et à œuvrer pour la prévention de la violence dans leurs localités.

Son initiative de « Ciné-théâtre participatif », soutenue par l’OIF, a permis dans un premier temps de former 50 jeunes issus des régions ciblées aux métiers et langages du cinéma et du théâtre. Une deuxième phase a abouti à l’écriture et la réalisation de deux court-métrages en fulfuldé et en français :
Le but de cette approche est, à travers un concept hybride mêlant projections vidéo, spectacle vivant et débats avec le public, de sensibiliser les populations aux enjeux liés à la paix et à la sécurité.

Pour rappel, l’OIF a lancé en septembre 2019 un Appel à initiatives francophones « Jeunes, Paix et Sécurité » destiné aux organisations de la société civile francophones de jeunesse, dans le cadre duquel le projet de « Ciné-théâtre participatif » est soutenu. Une contribution active de l’OIF à la mise en œuvre de l’« Agenda Jeunes, paix et sécurité » de l’ONU.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter