Vous-êtes ici: AccueilCulture2021 09 18Article 619066

Culture of Saturday, 18 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Célestin Djamen porte une dernière estocade à Valsero avant son concert au Zéntith

Célestin Djamen Célestin Djamen


• Le transfuse du MRC ne cache pas son désamour envers Valsero

• Pour lui, il aura plutôt ce soir une association mort-né d’Ambazo-Afgans

• Valsero peut néanmoins compter sur le soutien de plusieurs personnes



Le concert de Valsero au Zéntith de Paris ce soir est de loin l’évènement culturel et accessoirement politique qui agite la communauté camerounaise de la diaspora. Au pays, la jeunesse engagée reste également branchée. Mais, le concert est loin de faire l’unanimité. Si certaines personnalités et non des moindres (comme Samuel Eto’o) apportent leur soutien à l’évènement, certains, par contre ne cachent pas leur désapprobation. C’est le cas de Célestin Djamen. Le transfuge du MRC vient de porter une dernière estocade à son compatriote et son évènement.

Valsero, de la prison au Zénith : oui, ce soir le rappeur et activiste politique est en passe de tenir son pari. Malheureusement, il doit faire face à certaines voix discordantes comme Célestin Djamen qui vient de mettre les pieds dans les plats avec des déclarations sans complaisances. Pour lui, au Zénith ce soir, il y aura un meeting politique, pas un concert.

Pour Célestin Djamen, ce qui va se passer ce samedi au Zénith n’est pas un concert. Au contraire, « au Zénith ce soir il y aura un meeting politique, pas un concert, et pourtant Dieu seul sait si j’aime les meetings politiques. Tant pis pour ceux qui, naïvement, se seraient octroyé un ticket pour un concert de musique. Je crains qu’ils aient droit à un concert de VuVuzelas à la gloire du Mollah OMAR », a-t-il déclaré. « Il y aura plutôt ce soir une association mort-né d’Ambazo-Afgans se livrant à une beuverie antirépublicain et anti-Cameroun. Dommage !!! Il y aura ce soir une association mort-né d’Ambazo-Afgans, aussi éphémère que le trajet N’longkak-Bastos, qui se livrera à son activité favorite : le bruitage », a-t-il ajouté.

L’ex-secrétaire général en charge des droits de l’homme au MRC, se demande à « quoi sert-il de faire croire qu’on est un artiste alors qu’on est en réalité qu’un Afgan bruiteur de circonstance qu’une botte de foin fera vite rentrer au pâturage ».