Vous-êtes ici: AccueilCulture2020 12 30Article 564773

Culture of Wednesday, 30 December 2020

Source: Cameroon Info

Après sa querelle avec Richard Bona, Belka Tobis calme le jeu

Invité d’Equinoxe Télévision dimanche dernier, le chanteur à succès est revenu sur le clash qui l’a opposé à son collègue en juin et juillet 2020.

On a de nouveau entendu parler de la querelle entre les artistes camerounais Richard Bona et Belka Tobis. Le 27 décembre 2020 sur Equinoxe Télévision, Belka Tobis, invité du programme hebdomadaire «Dimanche avec vous», a rappelé ce clash survenu en juin et juillet 2020. «C’est un très bon musicien. Mais…On n’a pas la même façon de voir les choses. Tout simplement. Lui dit que «le lion est mort, moi je dis que le lion est vivant». Tout simplement. Ça a fait des petits problèmes. J’ai été incompris. C’est tout simplement ça», a-t-il déclaré.

L’affrontement déroulé via les médias avait été déclenché par une chanson de Richard Bona (la célèbre «Allo Fokou») appelant le président camerounais Paul Biya, à quitter le pouvoir. Son compatriote et collègue Belka Tobis, depuis la France critique l’œuvre. «On ne veut pas la haine chez nous», dira-t-il dans une autre chanson.

«Je n’ai rien contre Richard Bona, qui est d’ailleurs un très grand musicien que j’apprécie. Mais le seul bémol est qu’il prône la guerre. Mais moi, je prône la paix. Il n’est pas en train de jouer son rôle d’artiste. L’artiste est là pour la paix et non pour la guerre. J’aimerais vraiment, si Richard Bona veut participer, faire évoluer son pays le Cameroun, qu’il parle vraiment, qu’il essaie un peu d’apaiser tous les Camerounais. Je veux qu’on passe par le dialogue que le président de la République camerounais a donné, Monsieur Paul Biya. Mon seul parti politique, c’est la paix. Après soixante ans d’indépendance, je n’aimerais pas qu’il y ait la guerre dans mon pays. Je veux qu’on avance. J’aimerais que nos enfants avancent dans la paix», déclarera-t-il sur Radio France Internationale.

En guise de réponse, Bona dira que Belka Tobis n’a pas la carrure qu’il faut pour l’affronter. «Si vous voulez créer une polémique avec quelqu’un, mais trouvez-moi un élément de référence ou un élément d’équivalence pour qu’il y ait polémique. Il faut qu’il y ait un élément de comparaison pour qu’il y ait polémique. Polémique avec qui ?», avait-il déclaré, traitant Belka de «pseudo artiste» et reprochant à la radio internationale française de l’avoir mis face à lui dans un sujet.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter