Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2021 04 29Article 594385

Diasporian News of Thursday, 29 April 2021

Source: www.camerounweb.com

Troublante histoire d'un Camerounais détenu en Côte d'Ivoire depuis deux ans

Le nommé Ngndjou Narcisse, Camerounais détenu à la prison de la MACA en Côte d'Ivoire depuis deux ans, vient d’adresser une lettre à notre confrère David Eboutou, lettre par laquelle il souhaite faire part de sa situation dramatique aux autorités camerounaises.

La rédaction de camerounweb vous propose ci-dessous l’intégralité de la lettre

"Bonsoir Monsieur David Eboutou. Excusez-moi de la longueur de Ma lettre.
Actuellement je suis en prison en côte d'Ivoire dans un délit de meurtre que je n'ai pas commis, ni assister ou être présent au moment des faits.

Je suis entré en contact avec notre Ambassade du Cameroun en côte d'Ivoire où une demande d'assistance avait été déposée comme avait exigé une secrétaire là-bas. Par la suite, elle m'a fait comprendre que mon dossier a été déposé chez Mme l'Ambassadrice. Depuis lors. Rien ne change. Rien n'avance suite à mon problème.

Aujourd'hui je viens vers vous solliciter une aide si vous pouvez permettre à notre ambassadeur de me lire, afin de pouvoir bénéficier de Ma liberté.
J'ai pas de famille en côte d'Ivoire ni d'ami proche. Ma pauvre mère vie au Cameroun plus précisément à Bepanda nouveau boulevard.

Voici la lettre que j'avais envoyée à l'ambassade ici-bas :

A
SON EXCELLENCE MADAME L'AMBASSADRICE DU CAMEROUN EN CÔTE D'IVOIRE.

Objet: Demande d'assistance

Votre Excellence,
je me permets de vous écrire cette lettre pour vous demander une assistance au niveau de la justice Ivoirienne.
Mon histoire est là suivante :

Je m'appelle Ngndjou Narcisse, j'ai 38ans, je suis né dans la ville de Douala au Cameroun, Nationalité Camerounaise. Je suis arrivé en Côte d'Ivoire le 06 janvier 2019 par Bus Rimbo voyage sous convois de "Organisations Internationales pour les Migrants" (O.I.M) en provenance de l'Algérie donc j'avais été refoulé le 18 Décembre 2018 à Oran/Algérie.

En côte d'Ivoire, étant à la recherche du travail, j'ai travaillé comme Virgile à l'Université de Cocody 03 mois avant de me faire renvoyé pour Dossier incomplet.
Ensuite j'ai travaillé dans les chantiers à Bingerville nouveau goudron avant de tout arrêté après un accident de travail.

Résidant sans abri au CHU de COCODY où un grand frère m'a proposé d'être son vendeur en Eau chaude sur le parking extérieur du "C.H.U" de Cocody pour les parents de Malade jusqu'en date du 10 Octobre 2019 ou nous avions perdu un ami étudiant assassiné dans la nuit par un jeune jardinier du CHU de COCODY.

Mon nom a été cité dans l'affaire par je ne sais qui à la Police Judiciaire du plateau. 24 h après l'assassinat, la Police Judiciaire me saisit avec un convoi lorsqu'il est 13h au Chu de Cocody.
Les auditions commencent au bureau du Directeur de la P.J ou 05 noms d'étudiants sont cités comme complices du meurtre en présence du jardinier coupable donc toute la population ignorait y compris moi, le jardinier qui déclare être le témoin du meurtre de l'étudiant brico.

En larmes j'ai nié tous les faits cités contre moi et c'est là où le Directeur ordonna la torture en ma personnalité.
Je fû bastonné de tous genre pour quelques choses que n'ai pas Commis en plus que j'ai jamais assisté à un meurtre. Jamais je n'ai eu à faire à la justice de mon pays ou dans les pays que j'ai vécu pendant 36 ans de vie.

Le 18 Octobre 2019 au Paquet du plateau à Abidjan, le nommé Oudraogo djibril le jardinier du Chu, reconnait tous les faits cités contre lui et nous innocentes ( un étudiant de l'ENA et moi ) devant Mme le procureur avant de le réaffirmer devant Mr le juge d'instruction du 1er Cabinet, on nous a déféré à la MACA le 18 Octobre 2019 pour enquête.

Et tous le mois de Novembre nous avions été entendu 02 fois où le jardinier dit être le coupable et explique comment il a tué l'étudiant dans une bagarre, et avoue que c'est par torture qu'il a accepté les noms cités par la Police Judiciaire afin qu'on cesse de lui bastonné.

Moi je suis orphelin de père. Ma pauvre mère est souffrante depuis tant d'année et ce sont mes 02 jeunes filles âgées de 14 et 16 ans qui s'occupent de leur grande mère.
J'ai aucun moyen financier, aucuns amis ou de parents en Côte d'Ivoire pour suivre mon dossier. Je suis innocent je vous le jure devant Dieu.

Déjà 15 mois de souffrance à la MACA sans famille, sans visite, sans assistance, juste avec la Foi de Jésus-Christ qu'un jour je serai libre et retrouverai ma famille au Cameroun, Aidez-moi je vous en prie.

Je vous prie d'agréer, Madame l'Ambassadrice, l'assurance de ma parfaite considération./.

Ngndjou Narcisse."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter