Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2020 04 21Article 506731

Diasporian News of Tuesday, 21 April 2020

Source: www.camerounweb.com

Sexe-Argent-Clans: les dessous du scandale à l’ambassade du Cameroun à Paris


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

C'est une enquête menée par l'activiste camerounais Boris Bertolt sur le scandale qui secoue depuis quelques temps la représentation diplomatique du Cameroun en France.

C’est une situation de quasi guerre civile à l’ambassade du Cameroun à Paris entre l’ambassadeur du Cameroun à Paris et le percepteur l’ambassade du Cameroun, Christophe Ketchankeu, en poste depuis 1984. Christophe Ketchankeu n’est pas à son premier bras de fer avec un ambassadeur. Samuel Mvondo Ayolo, l’actuel directeur du cabinet civil à l’époque où il était à paris avait au départ eu du mal à partir avec Ketchankeu avant que les relations entre les deux ne se stabilisent. Mais cette fois la bataille avec Alfred Nguini semble être désormais une « bataille à mort ». Enquête sur une affaire au sommet de l’Etat qui mêle argent et tribalisme.

UNE AFFAIRE DE SALAIRES

Alfred Nguini a été nommé le 29 mars 2019, ambassadeur du Cameroun à Paris en remplacement de Samuel Mvondo Ayolo. Il occupait auparavant le poste d’ambassadeur du Cameroun en Côte d’Ivoire depuis 2008. Ses anciens collaborateurs le décrivent comme un homme difficile avec l’argent. D’ailleurs la plupart des percepteurs qui sont passés par Abidjan ont régulièrement sollicité le ministre des Finances pour rappeler à l’ordre Alfred Nguini. Quand il arrive à Paris, Alfred Nguini trouve un environnement à la tête duquel trône un individu depuis plus de 30 ans: Christophe Ketchankeu. Les relations entre les deux ont été tendus dès le début. Mais la goute d’eau survient ce mois d’avril 2020.

En effet, le percepteur fait savoir aux employés de l’ambassade qu’il ne peut pas payer tous les salaires en liquidités compte tenu du fait qu’il n’ a pas suffisamment d’argent liquide dans les caisses. Mais au sein de l’ambassade, une fronde émerge pour exiger que tout le monde soit payé au même moment. Le 3 avril 2020, Alfred Nguini, appelle Antoine Ahmadou, le ministre conseiller chargé d’affaire à l’ambassade de France et le colonel Bidoung, l’attaché de défense de l’ambassade du Cameroun à Paris et leur intime l’ordre de se rendre au domicile de Ketchankeu pour pour le contraindre à payer les salaires. L’attaché de défense est réticent. Antoine Ahmadou ne comprend pas pourquoi dans la mesure où Ketchankeu et lui habitent ensembles le même immeuble dans le 16ème arrondissement. Il peut donc se charger de lui remettre le courrier. Mais rien y fait. L’ambassadeur persiste et signe.

Les trois se rendent au domicile du percepteur, Christophe Ketchankeu. L’ambassadeur lui tend une lettre qu’il demande de signer. Dans cette lettre, il est mis en demeure de payer les salaires. Christophe Ketchankeu s’y oppose. Il est presque 20 heures, les voix s’élèvent et le percepteur demande à Alfred Nguini de sortir de sa maison et de ne pas venir faire la sauvagerie devant des enfants qui regardaient la télé. L’ambassadeur va s’exécuter tout en laissant la lettre qu’il était venu déposer. Le chargé d’affaires et l’attaché de défense observent la scène médusés. Face au bruit provoqué par les cris, certains voisins se placent sur leurs balcons pour observer la scène.

AU NOM DE INALGO DA SILVA

Le 4 avril 2020, Christophe Ketchankeu se rend à l’ambassade pour payer les salaires. Mais souligne que seuls ceux qui ont les petits salaires peuvent toucher en liquidités et les titulaires de gros salaires recevront des chèques. Alors que les payements débutent. Alfred Nguini descend illico presto de son bureau et interrompt brutalement les payements devant le personnel. Il fait savoir clairement à Ketchankeu que personne ne reçoit 5frs si tout le monde n’est pas payé en liquidité. Il affirme clairement que c’est lui qui commande.

Car le problème de l’ambassadeur est simple, sa « petite », Inalgo Da Silva qui travaille à l’ambassade du Cameroun n’a pas de comptes bancaires et ne peut donc pas toucher en chèques. Elle gagne2000 euros de salaire mensuel, sans compter les petites attentions et autres avantages dont elle bénéficie de son amant de patron, notamment un loyer dans un appartement chic parisien à hauteur de 2900 euros. Elle est la secrétaire particulière de l’ambassadeur Alfred Nguini. Elle a occupé le même poste à ces côtés lorsqu’il était à Abidjan.

Dans une lettre de l’ambassadeur du Cameroun à Paris adressée au ministère français de l’Europe et des affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, en date du 21 juin dernier, lettre relative à une demande de visa D carte promae en faveur de la bien aimée SP, Alfred Nguini qui rêve d’un poste ministériel au même titre que ses deux prédécesseurs en poste à Paris explique que sa secrétaire très particulière sera «chargée de gérer toutes les tâches particulières et privées de l’ambassadeur dans leurs diversités, afin de faciliter ses activités et l’accompagner dans l’accomplissement de ses missions en terre française». Pour elle, Alfred Nguini peut mourir.

ERIC KOUATCHOU VICTIME COLATERALE

Le 4 avril 2020, les payements sont suspendus sous fond de violence. A la suite de cet incident, Christophe Ketchankeu rend directement compte au ministre des Relations extérieures, Le Jeune Mbella Mbella. A sa tutelle, le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, au secrétaire général de présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, et au directeur du cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo. Des demandes d’explications sont adressées à l’ambassadeur du Cameroun à Paris qui entre en colère et décide de se venger. Première étape, il prend attache avec des activistes dits « Ekangs » présents sur les réseaux sociaux et leur demande de trouver des relais dans la presse nationale pour détruire Christophe Ketchankeu. La mission est confiée à tenez vous tranquilles: Junior Zogo.

Vous ne vous trompez pas l’ambassadeur du Cameroun à Paris entretient des liens très étroits avec Junior Zogo. Celui là même qui en 2013 en compagnie du Général Wanto a attaqué Paul Biya à Paris et qui a fait partie de la Brigade Anti sardinards. L’ambassadeur a rédigé un courrier le 9 avril 2020 dans lequel il souligne que Ketchankeu n’est qu’un petit percepteur. Il l’envoie à Junior Zogo qui prend attache avec Jacques Blaise Mvie le patron du journal la Nouvelle. Mais, Alfred Nguini, envoie également le courrier à plusieurs autres personnalités. A son grand dam le même soir, du 9 avril 2020 ce courriertombe entre les mains de Boris Bertolt qui le rendra public. C’est ainsi que Christophe Ketchankeu apprendra par les réseaux sociaux l’existence d’un courrier qui lui était adressé. Dans le même temps, Jacqes Blaise Mvie qui doute depuis quelques temps de la crédibilité d’Alfred Nguini et a de plus en plus connaissance de ses frasques refuse de marcher en dépit des menaces qu’il va recevoir de Junior Zogo sous le fallacieux prétexte qu ‘ « il refuse de soutenir un de ses frères Ekang ». Première opération avortée.

Cette première attaque ayant échouée, il fallait trouver un autre front. A ce moment Eric Kouatchou que l’on dit proche de Christophe Ketchankeu se trouve au Cameroun. Cette fois -ci, Alfred Nguini et Junior Zogo font intervenir Narcisse Mbarga autre activiste dit Ekang qui doit indiquer publiquement que l’activiste Calibro Calibri de la BAS a pu approcher Emmanuel Macron grâce au badge qui lui a été remis par Ketchankeu. Or pour tous ceux qui connaissent le salon de l’agriculture savent que l’accès est libre et pas besoin de l’aide d’un journaliste. Lorsque Narcisse Mbarga balance cette fausse information sur les réseaux sociaux, Alfred Nguini contacte des responsables de la sécurité à Yaoundé pour authentifier l’information. C’est ainsi que le journaliste de Canal 2 Eric Kouatchou sera arrêté et jeté en prison pendant 11 jours puis relâché sans toute autre charge simplement parce que l’ambassadeur du Cameroun à Paris, Alfred Nguini cherchait à atteindre Christophe Ketchankeu son percepteur.

La guerre n’est pas finie…. To be continue….

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter