Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2020 12 04Article 560369

Diasporian News of Friday, 4 December 2020

Source: Cameroon Info

Régionale 2020 : la diaspora camerounaise en France divisée

Certains compatriotes exilés ou installés en hexagone appellent au boycott du scrutin prévu ce 6 décembre 2020. D’autres par contre saluent la tenue de ces élections.
Ce dimanche 6 décembre 2020 est un grand jour pour le Cameroun. En effet, plus de 24 000 électeurs (conseillers municipaux et chefs traditionnels) vont élire les tout premiers conseillers régionaux de l’histoire du pays.

Cette échéance électorale, présentée comme l’ultime étape dans la mise en place des institutions prévues par la Constitution camerounaise, divise des camerounais installés en France. Si ils ne prennent pas part à ce scrutin, comme bon nombre de camerounais, certains appellent au boycott massif de ces élections. C’est le cas du collectif des Camerounais de la diaspora.

Selon le quotidien Le Messager édition du 4 décembre 2020, dans une vidéo de 33 minutes postée sur les réseaux sociaux, le collectif tente d’expliquer sa démarche: «On sait aujourd’hui la stratégie qui est celle de Yaoundé avec l’aide de la France, pour maintenir le Professeur Maurice Kamto dans l’isolement, sous résidence surveillée, et continuer l’entourloupe du scrutin régional. La France veut absolument la tenue de ces élections régionales pour élire un nouveau président du Sénat, sachant que c’est ce dernier qui assurera la vacance du pouvoir en cas de nécessité …Non au hold-up électoral ! Oui à un code électoral consensuel ! Libération de tous les prisonniers politiques… Tous ceux qui se hasarderont à participer à cette entourloupe, à cette mascarade électorale, retrouveront des membres de la diaspora sur leur chemin», proclament les membres de ce collectif.

Jean-Noël Woumo, photographe professionnel installé en région parisienne, apprécie par contre la tenue de ce scrutin. «Vu de l’extérieur, je suis très content qu’enfin les élections régionales puissent voir le jour au Cameroun, après tant d’années d’attente. Il faut maintenant espérer que les régions prennent les choses en main et que toutes les décisions ne seront plus imposées à partir de Yaoundé...Le président de la République SE Paul Biya est à féliciter d’avoir respecté cet autre engagement prévu dans notre constitution. Attendons toutefois de voir si les bonnes personnes seront désignées au bon endroit pour diriger nos régions. En attendant, je souhaite par anticipation bon vent aux futurs élus du 6 décembre au soir et que vive notre beau pays le Cameroun, qui entre ainsi dans une nouvelle ère», soutient-il.

Une posture partagée par le Dr Evariste Tchikaya de la Diaspora modèle. Pour lui, «l’organisation des élections régionales est salutaire, elle marque une avancée dans la consolidation de la démocratie camerounaise. Ses attentes par rapport à cette consultation sont réelles. Les élections régionales du 6 décembre marqueront la matérialisation de la décentralisation, tant prônée par le Chef de l’Etat, S.E. Paul Biya. Ce tournant de notre démocratie donnera aux régions plus d’autonomie en ce qui concerne la gestion des localités attenantes».