Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 08 24Article 615313

Diasporian News of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Plus de 50 Camerounaises en détention au Koweït depuis 3 mois

Plus de 50 Camerounaises en détention dans une prison au Koweït depuis 3 mois Plus de 50 Camerounaises en détention dans une prison au Koweït depuis 3 mois

• Des dizaines de Camerounais seraient dans une situation difficile au Koweït

• Le consul du Cameroun est indexé

• D'autres victimes témoignent


CamerounWeb a reçu un témoignage selon lequel une cinquantaine de Camerounaises sont en détention dans une prison au Koweït depuis plus de 3 mois. Dans le même récit le témoin qui a requis l'anonymat explique que les femmes concernées ont saisi le consul du Cameroun en Arabie Saoudite en vain.

« Je suis Camerounaise séjournant au Koweit si je vous écris en ce jour c'est par ce que nous sommes dans une situation vraiment difficile ici. Certaines de nos sœurs sont à la déportation (grande prison) depuis plus de 3 mois ; parmi elles, nous avons des malades, mère d'enfants et femmes enceintes. Il y a une qui est vraiment très souffrante. Le problème est que notre consul en Arabie saoudite n'a pas toujours délivré les « laissez-passer » pour leur permettre de voyager alors qu’elles ont fourni les documents nécessaires à cet effet. S'il vous plait, vous seul savez comment vous pouvez faire pour que mon message arrive au consul car certains cas sont vraiment inquiétants », confie le témoin.

En janvier 2021, ESSAMA Laure Marie une étudiante camerounaise avait également relevé aux yeux du monde les traitements inhumains et dégradants qu’elle a subis dans ce pays.

« Même les animaux domestiques couchaient avec moi. Pour Hamir et ses amis c'était un fantasme, jusqu'au jour où je me suis en fuis de cet endroit avec une amie ivoirienne que j'ai trouvée dans cette maison et qui vivait la même chose que moi depuis des années. Nous avons reçu l'aide des frères sénégalais installés là-bas, Et à l'heure où je vous écris je suis au Cameroun, j'ai ouvert un salon esthétique au quartier Elig Essono. Si je vous ai raconté mon histoire s'est pour sensibiliser mes sœurs africaines. Svp avant de vous lancez dans un voyage avec soi-disant un prince charmant, prenons le temps de mûrir notre relation et de savoir avec qui on est. Je ne souhaite pas que ça arrive à une autre personne parce que s'est cruel et inhumain le traitement chez ces gens. Vous ne savez pas ce que ça fait, d'être sans force. J'ai regretté les paroles de ma tante », avait-elle confié.