Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 07 15Article 608386

Diasporian News of Thursday, 15 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Paul et Chantal Biya bientôt expulsés de Genève ?

La BAS vient d'adresser un courrier aux institutions européennes La BAS vient d'adresser un courrier aux institutions européennes

• La BAS vient d'adresser un courrier aux institutions européennes

• Elle demande l'expulsion de Paul Biya

• Furieux, René Sadi accuse la diaspora de ternir l'image du Cameroun


Les membres de la Brigade Anti Sardinard (BAS) viennent de passer à la vitesse supérieure dans le cadre des manifestations visant à "déloger" le président de la République Paul Biya de la Suisse.

Dans un courrier adressé à plusieurs institutions internationales dont le Gouvernement Suisse, la Délégation permanente de l'Union Européenne auprès de l'Office des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève et l'Organisation des Nations Unies; la BAS "dénonce l'accueil et la présence sur le territoire Européen de M. Paul Biya, Président de fait de la république du Cameroun".

Elle justifie cette demande par "le mépris des droits de l'Homme qui sévit au Cameroun depuis bientôt 40 ans"

Ci-dessous l'intégralité du courrier

BAS_Union_Europenne

BAS_Union_Europenne

Manifestation de la BAS: furieux, René Sadi accuse la diaspora de ternir l'image du Cameroun

Les barons du régime de Yaoundé ont visiblement perdu le sommeil suite à l'annonce des manifestations devant l'hôtel intercontinental de Genève où logent Paul et Chantal Biya depuis quelques jours dans le cadre d'un "voyage privé" dans la capitale helvétique.

En effet, les membres de la Brigade Anti Sardinard (BAS), un mouvement de la diaspora camerounaise en Europe proche de l'opposition à Paul Biya, a appelé à une grande manifestation ce samedi 17 juillet 2021 à Genève. Depuis deux jours, l'on assiste à des rassemblements devant ledit hôtel. Face à cette situation, le ministre de la communication a publié un communiqué dans lequel il accuse la diaspora de ternir l'image du Cameroun. Emmanuel René Sadi demande aux manifestants de respecter la personne de Paul Biya qui, selon les textes régissant le fonctionnement de la République, est "une institution".
"(...) le chef de l'Etat n'est ni le chef d'une région, ni le chef d'un groupe, ni le chef d'une communauté ou d'une corporation, mais bien le chef de l'Etat du Cameroun et du peuple camerounais tout entier.
A ce titre, où il se trouve, il a droit à des égards et mérite la considération de tous ses compatriotes", rappelle Emmanuel René Sadi.

Il rappelle aux manifestants que les problèmes liés à leurs revendications ne peuvent être réglés qu'à l'intérieur du Cameroun.
"En tout état de cause, le Gouvernement de la République rappelle que la résolution de problèmes auxquels pourrait être confronté notre pays, ne se trouve point hors du Cameroun, mais à l'intérieur du Cameroun, et dans le cadre des institutions de la république", souligne le communiqué.