Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2019 12 03Article 477418

Diasporian News of Tuesday, 3 December 2019

Source: Camerounliberty.com

La bonne blague de Maurice Kamto à 'la France'

Après l’annonce du désistement par Kamto sur la participation du MRC aux prochaines élections locales, c’est le branle bras au sein de l’opposition et du régime. Tout laisse croire que Maurice Kamto aurait tapé les pieds dans la fourmilière.

La crise anglophone

Depuis la convocation du corps électoral et le départ de Paul Biya pour le sommet de Paris sur la paix, un blackout s’est installé sur la crise dans le Noso. Pendant que les medias annonçaient la présence de 180 soldats français venus officiellement dans le cadre d’exercices militaires, l’armée camerounaise a renforcé sa présence dans le Lebialem. L’objectif inavoué du régime était de faire oublier le Noso pendant trois mois avec la campagne électorale et des contestations post électorales .Pendant ce temps passera sous silence le génocide dans le Southern Cameroon.

En refusant d’aller aux élections, Kamto a remis la crise anglophone au centre des débats, ce qui a suscité des nouvelles révélations notamment sur le nombre de civils tués depuis le début de la guerre.

Au lieu de 3000 morts, les chiffres de 12 000 sont désormais évoqués, un membre du gouvernement, le ministre du Commonwealth a reconnu que plus de 750 soldats ont été tués depuis le début de la crise. En demandant à Tibor Nagy il y a quelques jours de donner encore un peu de temps à Paul Biya pour finir la guerre dans le Noso , Mr Mbayu ministre du Commonwealth espérait distraire l’opinion internationale avec les élections et génocider les anglophones avec le soutien de la France.

Marginaliser le MRC et faire disparaître l’expression « Président Elu »

Le lundi 25 Novembre 2019, lorsque Maurice Kamto est annoncé à une conférence de presse personne n’imaginait ce qu’il lancera comme bombe. Depuis la convocation du corps électoral, les autorités administratives, sous-préfets, maires et procureurs annonçaient les couleurs sur ce qui sortira des urnes le 09 Février.

S’il y a une phrase qui faisait rentrer en trance les courtisans de Paul Biya, c’était « le président Elu ».Vous pouvez tout critiquer et contester chez Paul Biya, mais pas sa légitimité car plus que tout, il aime le pouvoir, tellement il y tient qu’il est capable de tout pour s’y maintenir.

Pendant que les candidats du MRC peinaient à faire signer leurs documents relatifs à la constitution des dossiers, les coalitions au sein de l’opposition se sont faites pour combattre le MRC, selon leur propres propos. Un haut cadre du PCRN a avoué à radio Balafon avoir recruté des jeunes avec pour objectif de combattre le MRC et non le RDPC.

Le piège contre Maurice Kamto

Une source anonyme ayant fait partie de cette coalition a fait des révélations fracassantes sur la stratégie mise en place contre le MRC. Paul Biya joue gros avec cette élection, le régime aurait misé sur la corruption. « Pratiquent tout le monde a été acheté y compris au sein du MRC, la société civile ,universitaires, activistes ,médias et opposants sont mis à contribution pour tuer à jamais le parti de la renaissance. » explique notre source avant de poursuivre « les résultats de ces élections on les connait déjà, le parti de Cabral 08 députés contre 32 pour le SDF et 05 pour le MRC à qui on allait donner 03 députés à l’Ouest et 02 dans le littorale y compris Douala 5e , fief des bamilékés pour faire passer le parti de Maurice Kamto de la deuxième à la quatrième force politique n’étant soutenu que par les Bamilékés »Précise notre source .

En refusant d’aller aux élections, le MRC met donc en difficulté le SDF, le PCRN et autres traîtres, d’où la réaction sur radio balafon d’un cadre du parti de Cabral lorsqu’il dit : « le désistement du MRC a été une très mauvaise nouvelles »

Le MRC allait être la seule formation politique à contester les résultats et pendant ce temps les médias seront focalisés sur la crise qui naîtra au sein du MRC à cause des infiltrés .