Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 09 15Article 618670

Diasporian News of Wednesday, 15 September 2021

Source: Le Messager

France : les Camerounais de Lyon veulent un consulat

Les Camerounais de Lyon veulent un consulat Les Camerounais de Lyon veulent un consulat

C’est l’une des doléances formulées auprès de SEM André-Magnus Ekoumou, Ambassadeur du Cameroun en France, qui a bouclé, vendredi dernier, une visite de travail dans l’ancienne capitale de la Gaulle.

Un véritable marathon de 48 heures dans l’ancienne capitale de la Gaulle. C’est ce que vient de parcourir une délégation de l’Ambassade du Cameroun, conduite par le patron de la diplomatie du triangle national dans l’hexagone, SEM André-Magnus Ekoumou, Ambassadeur Extraordinaire Plénipotentiaire du Cameroun en France.


Avec deux axes majeurs : rencontrer la diaspora camerounaise de la métropole lyonnaise et répondre présent à l’invitation de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises Auvergne-Rhône-Alpes qui organisait les « Journées Cameroun ».

Entamée le jeudi 9 septembre, la visite de travail de l’Ambassadeur Ekoumou, dans la ville de Lyon, a été rythmée par trois séances de travail qui ont été respective- ment organisées à la Chambre des métiers et de l’artisanat de Lyon, à la Chambre d’agriculture du Rhône, ensuite, André-Magnus Ekoumou a eu un petit déjeuner économique avec le Vice-président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, ainsi qu’une visite de terrain effectuée à Desautel.Une entreprise spécialisée dans le domaine de la protection incendie.

La deuxième phase de la visite de l’Ambassadeur a été marquée, le 10 septembre 2021, par une rencontre avec Monsieur François Turcas, président de le Confédération générale des petites et moyennes entreprises du Rhône et chef du deuxième regroupement des entreprises de France.

La troisième phase de la visite de l’ambassadeur a consisté en une série d'audiences accordées au représentant des consuls accrédité à Lyon, d'autre part à des représentants de la communauté camerounaise basée à Lyon.


L’occasion pour SEM André-Magnus Ekoumou de saluer « le dynamisme d’une région où sont passées plusieurs générations de Camerounais », rappelant que « beaucoup y vivent encore ». « Doléances » Une diaspora qu’il a remercié de s’être déplacée massivement pour cette prise de contact en dépit des agendas chargés des uns et des autres, avant de rappeler sa méthode : « Je voudrais vous dire que dès ma prise de fonction, il y a un an, je me suis attelé à faire du rapprochement avec la diaspora, le suivi des activités des associations camerounaises et l’accompagnement des porteurs de projets, une des priorités de mon séjour français.(…).

Les régions n’étant pas en reste, une tournée des provinces pour aller toucher du doigt les réalités de tous les compatriotes rési- dant sur le territoire français est depuis longtemps envisagée. (…).

La rencontre de ce jour, je le précise, constitue donc le point de départ d’une série de visites en région que j’espère effectuer très prochainement, à la faveur de ce retour progressif à la vie normale.» Et s’il a martelé comme une antienne, que le Chef de l’Etat lui a assigné comme mission principale de rassembler toutes les filles et tous les fils du Cameroun sans distinction de statut, de langue, des origines, de régions, d’appartenance politique ou de confession religieuse.

Une approche visiblement très appréciée, d’autant que nos compatriotes de la ville qui fête les Lumières, chaque année le 8 décembre, depuis 1850, ont plusieurs doléances. « La création d’un Consulat à Lyon pour des services consulaires de proximité ; l’aide aux artistes durement frappés par la crise sanitaire planétaire ; mise en place des facilités pour l’acheminement des dons vers le Cameroun, avec notamment des exonérations des frais de douane ; suggestion de la création d’un réseau des patrons des collectivités territoriales en phase avec celles du Cameroun ; la création d’un réseau de bénévoles, de différents corps de métiers pour apporter leurs expertises au Cameroun ; l’ accompagnement de ceux de nos compatriotes qui veulent retourner vivre au Cameroun ; la création d’un Observatoire de la ressource humaine de la Diaspora etc... ».

Certaines de ces doléances ont déjà trouvé réponse. Un communiqué de l’Ambassade du Cameroun en France, datant du 30 août 2021, « informe la Communauté camerounaise en France qu’une structure d’accueil, d’orientation et de suivi de projets de la Diaspora est opérationnelle au sein du Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.

Il s’agit du Bureau de l’Information et de l’Encadrement (BIE) logé à la Direction des Camerounais à l’Etranger, des Etrangers au Cameroun, des Réfugiés et des Questions Migratoires ». Encore faut-il que cette information soit largement diffusée.