Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2021 02 08Article 571963

Diasporian News of Monday, 8 February 2021

Source: Actu Cameroun

Double nationalité : 'l’article 31 de la loi du 11 juin 1968, est désormais caduque'

Philippe Nanga, promoteur de l’Organisation non gouvernementale Un Monde Avenir, revient sur les textes camerounais en matière de double nationalité.
Selon vous, l’article 31 de la loi du 11 juin 1968 qui stipule que les citoyens Camerounais détenteurs d’une autre nationalité, perdent la nationalité Camerounaise vaut-elle son pesant d’or, de nos jours ?
Cette loi est désormais ?caduque. En effet, cette loi se Justifiait par la nécessité pour le régime Ahidjo de maintenir éloigner du territoire camerounais, tous les pourchassés ayant un lien de près ou de loin avec l’Union des Populations du Cameroun, particulièrement ceux qui avaient étés obligés de s’exiler suite à la répression dont ils faisaient l’objet.

Cette loi pause plusieurs problèmes. D’abord elle est discriminante, parce qu’elle ne s’applique pas aux personnes qui ont acquis la nationalité de leur époux. Ensuite, elle met hors course des milliers de Camerounais ayant la double-nationalité, qui voudrait s’investir et investir au bénéfice du Cameroun en tant que Camerounais à l’extérieur comme à l’intérieur.

Vous soutenez que la loi en question est violée depuis une trentaine d’année…
Cette loi aujourd’hui pose le problème fondamental de sa légitimité au vu de ce qu’elle est constamment violée depuis près dé 30 ans’ ‘notamment par les sportifs, depuis l’époque de Jean Pierre Tokoto à celle de Samuel Eto’o pour ne citer que ceux-là. Plusieurs autres sportifs ont officiellement et publiquement porté les couleurs du Cameroun en violation de ce fameux article 31.



Des informations font état de ce que certains mer o? ° du gouvernement sont détenteurs de la double-nationalité, ce qui n’empêche que ces derniers soient porteurs des missions diplomatiques au nom du Cameroun. Ces quelques exemples montrent bien la caducité de cette loi conçue pour faire face aux affronts des nationalistes.


En somme, la multi ou double nationalité présente plus d’avantages que d’inconvénients pour un pays comme le Cameroun…
Les craintes qu’on a sur l’utilisation abusive de la double nationalité ne justifient pas le maintien d’une loi devenue obsolète. Encore qu’il n’est pas démontré – que les pilleurs du Cameroun soit les détenteurs de la double nationalité. Tout comme on ne nous a pas encore présenté un Camerounais détenteur de là double nationalité qui serait à l’origine d’un acte terroriste au Cameroun.

Le Cameroun regorge d’un potentiel important’ d’experts de par le monde. Notre pays qui a besoin plus que jamais de décoller économiquement et socialement ne peut se permettre de ne pas prendre en compte ces milliers de médecins, d’ingénieurs, d’enseignants et de chercheurs qui font pourtant des merveilles dans leurs différents pays d’accueil. .

Comment le Cameroun peut-il capitaliser l’apport de la diaspora ?
Notre pays doit faire le choix a une citoyenneté inclusive, afin de capitaliser l’apport de notre diaspora, dont les envois financiers via- les réseaux formels et informels sont égaux sinon supérieurs à l’aide publique au développement qui nous vient des institutions et des pays partenaires du Cameroun. Il devient incompréhensible que cette loi soit maintenue par le régime Biya, alors que lui-même aurait pris des engagements de revoir ledit texte, il y a une vingtaine d ansées devant la diaspora Camerounaise en France.