Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 07 06Article 606418

Diasporian News of Tuesday, 6 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Diaspora : les Camerounais ont déjà payé les amendes de la BAS

Un appel à mobilisation de fonds a été lancé Un appel à mobilisation de fonds a été lancé

• Plusieurs membres de la BAS ont été condamnés par la justice française

• Un appel à mobilisation de fonds a été lancé

• L’opération fut un succès



Moins de 24 heures après leur condamnation par la justice française dans l’affaire de la casse de l’ambassade du Cameroun à Paris, Calibri Calibro et ses amis de la Brigade Anti Sardinards (BAS) ont réussi à mobiliser les 4500 euros de dommages et intérêts. Les Camerounais ont une fois de plus répondu massivement à l’appel à mobilisation à la générosité lancée par le mouvement.
« Merci à tous les donateurs, voici l’esprit qui va reconstruire notre pays. Les amendes seront payées au plus vite et une fois de plus nous avons donné un bon coup de pied aux sardinards de Yaoundé », a déclaré Max Senior.


Quelques heures avant le lancement du crowdfunding, la BAS avait présenté au public le résumé du verdict de la justice française.

« Une petite victoire pour la résistante Camerounaise de France étant donné que l’État du Cameroun a été débouté sur l’ensemble des demandes de leurs avocats. Au total, les 3 accusés ont été condamnés avec sursis. Il s’agit de :
Robert Wanto : 3 mois avec sursis sans inscription de la condamnation sur le casier judiciaire.

Abdoulaye Thiam dit «Calibro Calibri Fondateur et Président de la Brigade Anti-Sandinards»: 3 mois avec sursis sans inscription de la condamnation sur le casier judiciaire.

Nelson Azonsop Tchetchago : 4 mois avec sursis sans inscription de la condamnation sur le casier judiciaire. Et Une amende de 127 euros chacun et les dommages et intérêt en solidarité 4500 euros », écrit la BAS dans son communiqué.

La BAS rappelle que dans cette affaire, les avocats du Cameroun ont perçu chacun environ 10.000.000 F CFA par personne soit un total de 30.000.000 FR CFA (45.000€).

Le 26 janvier 2019 quelques dizaines de militants s'étaient introduits dans l'ambassade du Cameroun à Paris, le portrait de Paul Biya, chef de l'État Camerounais, est détruit. Une action menée en réaction à ce qu'ils qualifient de « hold-up électoral » du dernier scrutin.