Vous-êtes ici: AccueilActualitésDiaspora2021 09 21Article 619522

Diasporian News of Tuesday, 21 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Deux Camerounais d’origine échouent à se faire élire au parlement canadien

Fabiola Ngamaleu Teumeni, candidate malheureuse Fabiola Ngamaleu Teumeni, candidate malheureuse

• Jonas Fadeu et Fabiola Ngamaleu Teumeni sont les Camerounais en question

• Ils n’ont malheureusement pas réussi à se faire élire

• Justin Trudeau, conserve sa majorité


Ce 20 septembre, les Canadiens se sont rendus aux urnes pour les élections fédérales afin d'élire les députés de la 44e législature de la Chambre des communes du Canada. Exceptionnellement, le scrutin a lieu de manière anticipée deux ans avant la date prévue à la suite de la dissolution déclenchée à la demande du premier ministre Justin Trudeau, à la tête d'un gouvernement minoritaire depuis les précédentes élections en 2019. A l’issue du scrutin, les premiers résultats vont sensiblement dans le sens de la victoire du Parti libéral du Premier ministre qui conserve sa majorité relative, sans parvenir toutefois à décrocher la majorité absolue recherchée. A ce scrutin, des Camerounais d’origines y vont pris part. Seulement, ils n’ont pas réussi à se faire élire.

Deux jeunes camerounais d’origine, ont participé en tant que candidats aux Elections fédérales au Canada. Il s’agit de Jonas Fadeu et Fabiola Ngamaleu Teumeni. « Cette dernière est âgée seulement de 20 ans alors que le premier est planificateur financier et juriste ».
Dans la circonscription de la Pointe-de-l’Île, Jonas Fadeu, qui se présentait pour le Parti libéral a été devancé par Mario Beaulieu du Bloc québécois qui conserve ainsi son siège.
Dans la circonscription de la Lachine, la compatriote Fabiola NGAMALEU TEUMENI du Nouveau Parti démocratiques s’en sort avec un score insuffisant mais honorable de 12.9%.

Même si ces deux Camerounais échouent au pied du Parlement fédéral canadien, ils ont le mérite d’avoir pris part au scrutin. Le libéral Justin Trudeau, successeur du conservateur Stephen Harper, rempile ainsi donc pour un second mandat de Premier ministre, sans obtenir de majorité au Parlement. Il devra composer avec d'autres partis