Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2021 02 08Article 571912

Diasporian News of Monday, 8 February 2021

Source: Actu Cameroun

Assemblée nationale : la diaspora à nouveau sur la table

Pour la première fois à la session de l’Assemblée nationale de mars 2020, Cavaye Yeguié Djibril a semble donner un signal fort vers une réconciliation du Cameroun avec ses fils de l’étranger, en créant un réseau des parlementaires pour la diaspora, .u coopération décentralisée et transfrontalière.
Il est revenu sur le sujet à l’ouverture de la session en cours. Mais le chemin à parcourir est plus long que l’on ne s’imagine, rappelle un expert, si les dirigeants camerounais ne font pas preuve de ferme volonté.

«Signalons également la création du Réseau des Parlementaires pour la Diaspora, la Coopération Décentralisée et Transfrontalière, le REP-COD, présidé par l’Honorable Louis Henri Ngantcha. Le réseau se veut être un relais et une structure de facilitation du dialogue entre les Institutions Nationales, internationales, la Diaspora et les élus. Tous nos encouragements et surtout bon vent au nouveau Réseau». C’est en ces termes que le patron de l’hémicycle a conclu son allocution au palais des congrès de Yaoundé le 10 juin dernier, à l’occasion de l’ouverture de la deuxième session de l’année 2020. L’idée de créer

Un réseau de parlementaires pour la diaspora n’est pas un sujet anodin. Parce que le Cameroun dont les fils à l’étranger ont toujours demandé à être associés au développement de leur pays, s’est toujours méfié de ces fils très majoritairement hostiles aux régimes successifs de Yaoundé, particulièrement ces dernières années.

Au fil des temps, cette méfiance est devenue quasi réciproque. Car une partie de la diaspora camerounaise est depuis un certain temps en rupture de ban avec les institutions de la république. Raison pour laquelle le Cameroun n’a véritablement jamais pu bénéficier du savoir et du savoir-faire de ses enfants aller chercher fortune loin de leur territoire. Pourtant, de par le monde, la Diaspora est une valeur ajoutée essentielle pour chacun des pays, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Les camerounais de la diaspora se plaignent d’être méprisés, malmenés, maltraités, pris pour quantités négligeables par le pouvoir dé Yaoundé.

Beaucoup d’entre eux souhaitent s’investir dans leurs pays, mais n’ont aucun relais, et ne savent à qu’elle porte frapper. D’après nos sources dans la diaspora, la création par les parlementaires de ce réseau a d’abord surpris bons nombre d’entre eux. Certains n’y croyaient pas du tout. Et se posent bien des questions : qu’elle assemblée nationale ? Cavaye Yeguie peut-il laisser créer un tel réseau ? Le pouvoir de Yaoundé va-t-il laisser faire ? Le simple fait de créer un tel réseau est un signe que le Cameroun ne peut plus se passer indéfiniment de l’énorme potentiel de ses fils qui sont plus meilleurs de leurs secteurs d’activité à travers le monde.

Car depuis l’arrêté du PAN créant le REP- COD, son président, l’honorable Louis Henri Ngantcha, a engagé une vaste opération de communication pour rassurer. I! dit ne pas vouloir politiser le réseau. Il veut parler du Cameroun, des opportunités qu’il offre aux enfants du Cameroun, sans exclusion. Sans chercher à savoir à quels partis politiques, qu’elles ethnies, qu’elles religions ils appartiennent.

«Nous sommes tous les enfants du Cameroun ont vocation à apporter leurs contributions pour le développe, du pays. Le Cameroun a besoin des bras pour son émergence. Je suis, certes du Rdpc et fier de l’être, membre titulaire du comité central du RDPC.

C’est ma famille politique. Nous appartenons chacun à un parti politique. Mais nous sommes des parlementaires sommes au service de la nation, au service du’ peuplé camerounais, à l’intérieur et à l’extérieur du triangle national. Je tiens à préciser que dans le cadre de ce réseau il y a des parlementaires de tous les partis politiques représentes au parlement. Il ne s’agit pas de parti politique. Dans le cadre de ce réseau notre parti c’est la République et nos militants le peuple camerounais.

Autrement dit, c’est le pays et ses enfants qui nous intéressent. Pour réussir notre mission salutaire pour le pays, nous avons besoin du soutien de tous. L’enjeu est de taille m l’intérêt est vital pour la nation Nous . espérons que nos compatriotes de la diaspora sauront saisir cette perche».

Le député de Moungo-Nord qui est lui-même issu de diaspora est certe volontariste. Mais il faudra compter sur la volonté politique conjuguée du parlement et de l’exécutif. Surtout en abordant de front la cruciale question de la double nationalité. Et su, sujet, un expert prévient qui. Le chemin est bien long, et commande de la patience.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter