Vous-êtes ici: AccueilInfosDiaspora2021 04 21Article 591466

Diasporian News of Wednesday, 21 April 2021

Source: cameroun-muntunews.com

Allemagne : ce Camerounais assigne la police en justice et gagne le procès

En mi-février dernier, le procès d’un Camerounais demandeur d’asile contre l’État du Bade-Wurtemberg (Sud-Ouest de l’Allemagne) avait rassemblé des dizaines de personnes devant le tribunal administratif de la ville de Stuttgart.

La raison du procès est une plainte du Camerounais qui met en cause la police. Elle aurait, selon lui, fait un usage disproportionné de la force lors d’un raid au centre d’accueil dans lequel il réside.

Les officiers de police, affirme-t-il, auraient pénétré sa chambre par effraction. Ils l’auraient fait sans ordonnance du tribunal et sans s’être auparavant identifiés comme étant de la police. Les forces de l’ordre l’auraient par ailleurs attaché au sol et auraient confisqué son téléphone portable afin de l’empêcher de filmer l’opération.

Les deux policiers impliqués dans le raid ont reconnu avoir attaché l’homme de 31 ans au sol. Ils ont cependant fait valoir que ceci fut nécessaire pour besoin de protection, au regard de la situation.

Avant le début du procès, le Camerounais avait brandi une pancarte dans la salle d’audience, sur laquelle était inscrit les paroles «Black Lives Matter» – Le slogan du mouvement anti-raciste aux États-Unis contre la violence policière.

Les dessous de l’affaire

Ce raid dans l’État du Bade-Wurtemberg avait fait la une des journaux dans tout le pays en 2018. Quelques jours plus tôt, la police avait annulé l’expulsion d’un Togolais. Plus d’une centaine de demandeurs d’asile s’y étaient opposés et avaient tentés, certains par l’utilisation de la force, de l’empêcher. Menacée et en danger, la police avait dû se retirer.

Trois jours plus tard, des centaines de policiers avaient pratiqué une fouille dans la résidence des demandeurs d’asile, et avaient finalement conduit le Togolais dans un centre pour expulsion du territoire. Un peu plus tard, en juin 2018, se fut au tour du Camerounais d’être expulsé vers l’Italie.

Le tribunal administratif de Stuttgart a jugé que le Camerounais avait partiellement raison. Les juges ont estimé qu’ entre autres la fouille et l’arrestation du plaignant à l’aide de menottes jetables étaient illégales.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter