Vous-êtes ici: AccueilInfosCrime & Punishment2020 12 17Article 562994

Crime & Punishment of Thursday, 17 December 2020

Source: Cameroon Info

Yaoundé: deux militaires et un vigile arrêtés pour une affaire de braquage

Les mis en cause assuraient la garde au domicile d’un chef de poste de l’entreprise ENEO, au moment d’un braquage en 2017 au cours duquel 13 millions de FCFA avaient été emportés.

Le 14 janvier 2021, le Tribunal Militaire de Yaoundé va se prononcer sur une affaire de braquage au domicile d’un cadre d’ENEO (entreprise de distribution de l’énergie électrique) à Yaoundé, et mettant en cause deux militaires et un vigile. Notamment L'adjudant Mopa Ndie Adamou, le caporal Yves Vitus Yene et le vigile Georges Mvondo.

«Ils sont poursuivis pour négligence de gardien et de violation de consigne. L'accusation estime que les militaires et leur acolyte, chargés d'assurer la protection de l'enceinte abritant les différentes installations de transformateur ENEO et le domicile du responsable de cette structure n'ont pas assuré convenablement leur mission», renseigne l’hebdomadaire Kalara paru le 16 décembre 2020.

Notre confrère précise qu’il est «reproché particulièrement au chef de poste militaire l'adjudant Mopa Ndjie Adamou d'avoir quitté son poste sans donner des consignes de garde précises à son élément, le caporal Yves Vitus Yene. Ce dernier, quant à lui, est traduit en justice pour "s'être enfoncé dans un sommeil de cadavre" pendant que les voleurs opéraient dans le domicile du chef ENEO. L'accusation estime que les voleurs auraient été neutralisés ou effrayés si les incriminés avaient alerté et sollicité éventuellement du renfort qui aurait changé le cours des évènements».

En 2017, rappelle le journal, le domicile du chef de poste ENEO de Nsimalen avait été cambriolé par un groupe de malfrats armés. Ces derniers avaient emporté la somme de 13 millions de FCFA et de nombreux objets de valeur.

L’audience du 10 décembre dernier était consacrée à la défense des accusés. L’adjudant Mopa Adamou a plaidé coupable pour les faits d’abandon de poste, expliquant qu’il avait été appelé à d’autres tâches.

Le caporal Yves Vitus Yene a, pour sa part, déclaré que le jour des faits, une forte pluie était tombée et l'avait obligé à s'enfermer dans sa chambre. «Il raconte que les bruits de l'orage et ceux du ronflement du groupe électrogène ne pouvaient pas lui permettre d'être au courant du braquage», relaie Kalara.

Pour sa défense, le vigile a expliqué que les braqueurs l'ont surpris dans son poste de travail et l'ont ligoté les mains et bourré sa bouche avec un tissu pour l'empêcher de crier.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter