Vous-êtes ici: AccueilInfosCrime & Punishment2021 02 18Article 574312

Crime & Punishment of Thursday, 18 February 2021

Source: www.camerounweb.com

Insécurité à Douala: un commerçant abattu

Le citoyen camerounais commerçant au marché New Deido, qui rentrait chez lui après une dure journée de travail, a été agressé puis abattu par des hommes armés qui ont fondu dans la nature après leur forfait.
Le corps de Raoul Tchokolok jeune commerçant du marché Deido est actuellement gardé à la morgue de l’hôpital de district de Deido à Douala. Décédé pendant qu’on le conduisait à l’hôpital de la garnison militaire pour des soins intensifs, ce-dernier a rendu l’âme avant la destination souhaitée. Il a immédiatement été conduit à la morgue par son épouse et tous ceux-là qui lui prêtaient secours après l’agression dont il a été victime.

En effet, selon des informations après une dure journée de labeur comme c’est souvent le cas, cet habitant de la capitale économique du Cameroun rentrait chez lui en toute quiétude quand l’irréparable . s’est produit. Content de retrouver sa petite famille, celui qui s’imaginait déjà ce beau moment n’était pas au courant du fait que sa vie devait s’arrêter à ce moment précis. A pk 13, non loin de l’entreprise de production de tabac Sitabac, des individus non identifiés vont s’attaquer à lui. Pendant l’agression, Ils vont emporter son sac à dos qui comportait ses affaires, certainement de l’argent et d’autres pièces importantes. Ils vont ouvrir le feu sur lui et vont fondre dans la nature par après.

C’est le bruit du coup de feu qui va alerter le voisinage. Les premiers secours arrivés vont le transporter dans un centre de santé. Là-bas, on constatera l’état grave de la situation avant de les .référer à l’hôpital de la garnison militaire pour de soins appropriés. Malheureusement, Il rendra l’âme avant de franchir le seuil de l’hôpital. Son corps a été déposé à la morgue de l’hôpital du district de Deido.


Emotion

Au marché New Deido où il officiait depuis plus d’une douzaine d’années, l’émotion est à son paroxysme. Malgré le fait que les boutiques sont fermées, les commerçants et ses clients qui ont appris la triste nouvelle se sont mobilisés ici pour s’enquérir de la situation. Certains ayant appris la triste nouvelle sont aphones au contact de la réalité. Beaucoup n’en reviennent pas. Et davantage des fournisseurs à qui il a passé des commandes la veille.

«Je suis venu lui livrer les pop-corn. Il a passé la commande hier (Lundi, Ndlr). Je ne comprends pas ce qui se passe. Il est mort comment? S’interroge l’un des commerciaux. La vie, si c’est même quoi ? On ne pouvait pas prendre son sac et le laisser en vie? Ceux-qui l’ont tué ont profité quoi ? S’interrogent d’autres amis et connaissances qui viennent aux nouvelles.

A son domicile à Pk 13, c’est l’angoisse totale. La famille alertée, son épouse sont inconsolables. Ils ne savent pas à quel Saint se vouer. La maison ne désemplit plus. Entre ceux qui viennent vérifier l’information et ceux qui viennent partager la douleur, ’ c’est presque’une compétition. Le petit”salon est exigu. Les pleurs n’en finissent pas. Fan d’équinoxe radio et télévision, Raoul Tchokolok était proche de Aribelle de Tronc kanda et de sa majesté Bebel apprend-on.

Cette égression à main armée rappelle deux autres qui se sont déroulées à Douala au mois de novembre dernier. Le premier au marché Nkoulouloun s’est déroulé presque de la même manière. Sortant d’une banque où il était se ravitailler pour faire les achats pour son chantier, un opérateur économique a été agressé par des individus armés à bord de moto. Ces derniers avaient ouvert le feu sur les roues de la voiture de la victime avant de le sommer de leur remettre sa mallette. Sans rechigner, celui-ci s’était exécuté et ils ont fondu dans la nature en tirant en l’air.

Au carrefour Agip également, un autre homme d’affaire certainement filé par les malfrats avait été agressé de la sorte. Cette situation invite à plus de vigilance.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter