Vous-êtes ici: AccueilInfosCrime & Punishment2021 02 04Article 571219

Crime & Punishment of Thursday, 4 February 2021

Source: camer24.net

Incroyable nouvelle arnaque à la moto au Cameroun

Avant c'était dans les taxis. Main c'est sur la moto aussi. Suivez le film parce que je ne souhaite vraiment pas que ça vous arrive.

Ça se passe vendredi 29 janvier à 19h à NDOKOTI - DOUALA. J'ai 59 ans. Je viens de la ville, j'ai avec moi la somme de 162.000 CFA pour le mois. J'habite PK 12, donc je traverse le Carrefour et une moto se propose à 250 frs. Je monte et il démarre. 60 mètres plus loin, sous l'abri de l'arrêt bus, se tient une jeune dame qui tend la main. La moto s'arrête. Elle s'approche et dit: PK14 s'il vous plaît. Le Motoman dit Oui.

En tant Homme, je descends pour la laisser monter entre nous deux, et la moto repart. Avant la descente de PK8, la dame parle pour dire qu'elle va à l'agence de voyages de PK 14 qui assure la ligne de Bertoua...Le Motoman ralentit et me demande si je connais une telle agence à PK 14. Bien sûr c'est Non. Il s'arrête et nous demandons à la jeune femme de retourner à NDOKOTI se renseigner à la Station TRADEX. Elle nous remercie, paye et traverse la route pour se positionner pour NDOKOTI.

C'est alors que le Motoman me montre avec inquiétude le billet qu'elle a donné. C'est 10 Euros. Je lui dis que ça vaut 6600 CFA. Si ce n’est pas un faux.
Appartement inquiet, il interpelle la dame qui retraverse la route. Et nous lui expliquons que ce n’est pas la monnaie locale et qu'elle va se ruiner si elle paye partout comme ça.

Elle répond alors que tout son argent est en Euro, qu'elle vient d'arriver du Burkina Faso, qu'elle est en mission qui va la conduire d'abord à Bertoua. Qu'elle est perdue. Tout ça avec un français étranger impeccable. Le Motoman lui demande si elle veut donc avoir des CFA. Elle s'écrie "Oh oui frère"! Le Motoman me dit qu'il connait un employé de la Boulangerie Meno au Rond-point Deido qui change les devises.

C'est là où la dame s'adresse à moi et chuchote "Papa j'ai peur. Vous pouvez nous accompagner et me mettre après dans le bus ? S'il vous plaît, je vais vous remercier bien." Mort de pitié - elle a l'âge d'une de mes filles - je dis oui. Il est 19h30 déjà. On tourne la moto, elle monte, et je monte derrière elle, en vrai protecteur cette fois.

On arrive au Rond-point Deido et le Motoman se gare à la Station TOTAL. Je descends, la dame descends et me tire de côté par la manche, pendant que le Motoman met sa moto sur béquille. Elle me dit : " Papa, c'est en vous que j'ai confiance. Voici mon sac à main. Tenez-le s'il vous plaît".

Elle l'ouvre et sort son super téléphone doré, et un billet de 50 Euros qu'elle me montre en disant :"on va d'abord changer ça. Dans l'enveloppe là, il y a beaucoup d'argent s'il vous plaît." Il y a effectivement dans cette poche du sac, une enveloppe kaki format A5 collée et bien gonflée.
Elle dit enfin :"vous pouvez vous asseoir dans la boutique TOTAL et nous attendre."

Et la voilà partie à la suite du motoman.10 minutes après elle est de retour. L'air soucieux. Je lui tends son sac, mais elle me tend plutôt son téléphone avec une histoire genre: sa connexion internationale ne marche plus. Elle a un message de Bertoua qui exige la réservation de 5 jours à 50000/jour. Soit 250000 qu'il faut transférer tout de suite.

Et pour finir l'homme de MENO est déjà parti. On lui a dit qu'il faut aller à Akwa pour changer. Elle réfléchit et me demande si j'ai un téléphone. J'ai sorti mon phone qui n'est pas Android. Il y avait 5400 d'OM dedans, et peut-être 2000 de crédit. J'ai anticipé en lui expliquant ça. Elle m'a montré un message sur son large téléphone, me disant qu'il faut qu'elle envoie cet argent tout de suite avant d'aller à Akwa, et enfin prendre le bus de Bertoua si possible.

Elle m'a demandé si j'avais de l'argent sur moi comme ça on chargerait mon téléphone et elle enverrait ça avant qu'on aille à Akwa pour changer les Euros et me rembourser. J'ai discrètement sorti 160000 sur les 162 que j'avais en poche. Elle a pris, a regardé et compté en s'exclamant: "c'est pareil comme les billets de la CEDEAO !" Elle a demandé à un employé TOTAL s'ils font les transferts. Il a dit non.

Entre temps, le Motoman était revenu s'asseoir sur sa moto. Elle lui demande et il dit que la Boulangerie fait Orange money. Immédiatement elle l'a suivi et il a poussé doucement sa moto de la station vers la Boulangerie. Je ne sais pas. Je les regardais comme si c'était mes propres enfants. Ils avaient à peu près le même âge de 30 ans par là. 20h était passé. J'ai pris un Tonic au comptoir TOTAL pour tuer le temps.

21h. Elle ne revient toujours pas. Les femmes qui vendent à même le trottoir sont en train de faire leurs bagages. Je marche jusqu'à la Boulangerie, j'entre, elle n'y est pas. J'ai son sac à main et je crains qu'on l'ait finalement agressée. Il y a encore des motos en attente client. Je les regarde de près, mais le nôtre n'y est pas. Je retourne à TOTAL et je m'inquiète auprès de la dernière vendeuse. Elle m'écoute tout en faisant des paquets. Et après elle me dit "Papa, c'est comme si on t'a frappé hein !".

Je rétorque que c'est improbable, puisque j'ai son sac à main avec son argent et ses papiers. La vendeuse me dit: "regardons alors !" J'ouvre le sac et je déchire l'enveloppe. Ce n'est que des papiers découpés. J'ouvre les autres poches intérieures du sac. Des bouts de cartons et de vieux tissus. Même pas un demi-billet de 500... Voilà.

Je suis resté là au moins 15 minutes sans savoir quoi faire. Mon argent, mon temps, même mon pauvre téléphone avec tous mes contacts. On voyait ce genre de vol là dans les taxis. Mais déjà sur la moto je ne savais pas. Je croyais sauver une petite fille en danger. Voilà alors le dehors.

Faites très attention à NDOKOTI. Ne bâchez pas les inconnus.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter