Vous-êtes ici: AccueilActualitésActualités Criminelles2021 06 15Article 602398

Actualités Criminelles of Tuesday, 15 June 2021

Source: Le Jour

Criminalité: deux ans d’emprisonnement pour enlèvement

Les faits ont eu lieu au cours de l’année 2019 à Yaoundé, au quartier Nkoabang Les faits ont eu lieu au cours de l’année 2019 à Yaoundé, au quartier Nkoabang

Toute sereine, Madeleine M. prend place dans le box des accusés pour prendre connaissance de sa sentence. Suivant la décision du tribunal, elle est condamnée à deux ans d’emprisonnement ferme. Détenue depuis le 22 juillet 2019, elle est accusée d’enlèvements suivis d’une demande rançon. Les faits ont eu lieu au cours de l’année 2019 à Yaoundé, au quartier Nkoabang.

Exerçant en tant que femme de ménage au sein d’une famille, dame Madeleine s’occupait également des enfants parmi lesquels un nourrisson de sexe masculin de 13 mois. Le 2 mai 2019, Madeleine M. va attendre le départ de son employeur comme d’habitude avant de prendre la fuite avec le bébé.

Elle va aussi emporter une somme de 45.000 Fcfa. Un coup qu’elle préparait depuis longtemps. De retour du travail, l’absence du nourrisson va attirer l’attention du jeune couple. Après de nombreuses questions auprès du voisinage et de leur fils ainé de 7 ans, le couple n’obtiendra aucune réponse concrète. Ils vont essayer en vain de joindre dame Madeleine. Aussitôt, la disparition a été signalée au commissariat.

Une semaine plus tard, la dame va joindre le couple avec un numéro inconnu leur demandant la somme de 1.200.000 FCFA en espèces. Deux jours passés, l’accusée va recontacter le couple avec un numéro masqué en leur indiquant cette fois-ci le délai de dépôt de l’argent.

Un délai qu’elle va fixer à une semaine si le couple compte revoir leur fils. Informée de ces différents coups de fil, la police a ouvert une enquête. Le 6 juillet 2019, Madeleine M. est mise aux arrêts dans la ville de Ntui et l’enfant sera remis à ses parents. Elle passera aux aveux lors de l’enquête préliminaire et justifiera son acte par le fait qu’elle a perdu ses parents.