Vous-êtes ici: AccueilActualitésActualités Criminelles2021 07 14Article 608065

Actualités Criminelles of Wednesday, 14 July 2021

Source: L'Equation

Cameroun, une plaque tournante de la culture et de la consommation de la drogue

Difficile cependant d’évaluer cette 'explosion', faute de données fiables sur le phénomène Difficile cependant d’évaluer cette 'explosion', faute de données fiables sur le phénomène

« Les données sur la circulation et la manipulation des drogues au Cameroun ont explosé ces dix dernières années au point de faire de notre pays, qui n’était qu’un pays de transit, une aire de destination, de culture et de consommation abusive des substances psychotropes », a déclaré le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, jeudi 8 juillet.

Difficile cependant d’évaluer cette « explosion », faute de données fiables sur le phénomène. Les dernières statistiques dévoilées par le Comité national de lutte contre la drogue (CNLD) révèlent que 21% des Camerounais ont déjà expérimenté une drogue dure et que 10% d’entre eux en sont des usagers réguliers, dont 60% des jeunes âgés de 20 à 25 ans. La palette de drogues en circulation est large et variée, allant du tabac aux substances psychotropes en passant par l’alcool et les médicaments contrefaits, apprend-on. Le cannabis reste cependant la drogue (58,54%) la plus consommée devant le Tramadol (44,62%), couramment appelé Tramol dans le pays. Il s’agit d’un antalgique qui agit à la fois comme un opioïde et un antidépresseur. Son usage est détourné par des consommateurs de drogues qui l’utilisent comme stupéfiant. « Ce produit est recherché par les individus de tous les âges et de toutes les catégories sociales pas seulement pour soulager un mal de dos, ni pour calmer des douleurs de rhumatismes, mais pour bien d’autres raisons », selon le Minsanté.

Cannabis

Dans son Rapport mondial sur les drogues en 2020, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC, sigle en anglais) notait que l’Afrique a enregistré la plus forte augmentation mondiale de la consommation de cannabis entre 2010 et 2017, tandis que les saisies de Tramadol sur le continent africain représentent 88 % de toutes les saisies mondiales de cet opioïde en 2017. Les multiples saisies et arrestations ces dernières années mettent en évidence l’ampleur du trafic de drogue au Cameroun, où celle-ci tend de plus en plus à être accessible et s’est infiltrée jusque dans l’école.

Selon une enquête réalisée en 2019 par le Minsanté, 12 000 jeunes entre 13 et 15 ans disent avoir déjà consommé au moins une fois du cannabis. Des chiffres qui pourraient s’aggraver si des mesures ne sont pas prises contre ce phénomène, mettent en garde les spécialistes. Pour lui tordre le cou, des centres de prévention et de soins en addictologie ont été mis en place depuis 2015. Des campagnes de sensibilisation sont aussi organisées sur les dangers de la drogue. Les autorités sanitaires viennent ainsi de mener une série d’activités dans le sillage de la Journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues (célébrée tous les 26 juin).

En l’occurrence : des campagnes de sensibilisation de masse et de mobilisation sociale à l’endroit des jeunes, des conférences éducatives dans les centres de prise en charge des victimes de la drogue et des marches sportives de sensibilisation dans les dix régions. « L’objectif étant de combattre la désinformation au sujet de l’usage des drogues et de promouvoir le partage des faits sur les risques pour la santé et présenter les solutions préconisées contre ce fléau », indique le Minsanté.