Vous-êtes ici: AccueilActualitésActualités Criminelles2021 09 22Article 619573

Actualités Criminelles of Wednesday, 22 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Cameroun : mauvaise nouvelle pour les cybercriminels

Les cybercriminels camerounais dans de beaux draps Les cybercriminels camerounais dans de beaux draps

• Plus de 5000 faux comptes recensés et fermés

• L’Antic dresse la liste de cinq formes de cyberattaques prisées

• Les cybercriminels ne manquent pas d’imagination



Les cybercriminels ne manquent jamais d’ingéniosité pour parvenir à leur fin. Au Cameroun, leurs victimes ne se comptent pas millier. Tous les jours, ces hors la loi, usent d’autres astuce que leur offre les technologies de l'information et de la communication pour dépouiller les cibles. Seulement, les autorités compétentes sont décidément résolues à traquer les cybercriminels qui nuisent à la société et font perdre des ressources à l’Etat. Plus de 5000 faux comptes sur divers applications viennent d’être fermés.

A en croire l’Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (Antic), les cybercriminels utilisent régulièrement au moins cinq formes de cyber attaques. Il s’agit du scamming, du phishing, de l’Hoax, du skimming ou encore du Sim swap. Selon Prosper Djoursoubo Pagou, expert en cyber sécurité à l’Antic cité par la CRTV, le scamming (escroquerie par voie électronique) et le phishing (hameçonnage) constituent 90% des cas de cybercriminalité « et elles ont entrainé à date, d’après nos estimations, des dommages estimés à 7 milliards Fcfa ». Pour ce qui est de fake new, ou Hoax, l’expert en cyber sécurité indique que l’Antic a déjà recensé plus de 5000 faux comptes et fait fermer 80%. Quant au skimming ou fraude à la carte bancaire, la même source révèle qu’une attaque de ce type contre une banque de la place a causé des dommages estimés à plus de 3 milliards Fcfa en 2010.

Créée en 2012, l’Antic est l’organisme gouvernemental de cybercriminalité et de cyber sécurité. Cependant d’après une étude menée par Hervé Martial Tchabo Sontang, spécialiste en réglementation du commerce électronique, « en regardant de près, on ne saurait dire que (…) l’Antic doive être considérée comme l’organe régulateur du traitement des données à caractère personnel en droit camerounais ».

Le phénomène prend une proportion très inquiétante ces derniers temps au Cameroun avec la floraison des faux comptes sur les réseaux sociaux qui distillent à longueur de journée. Encore qu’aujourd’hui, à l’ère de Facebook, Instagram et TikTok, les cyber-escrocs n’ont plus besoin de passer par nos boîtes mails ou nos SMS pour « ferrer quelques pigeons ». Ainsi, l’Antic doit redoubler de vigilance pour traquer ces délinquants qui continuent de faire des victimes.