Vous-êtes ici: AccueilActualitésActualités Criminelles2021 06 25Article 604453

Actualités Criminelles of Friday, 25 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Au Cameroun : le procès de 3 militaires inculpés pour le meurtre renvoyé au 15 juillet

Ils sont jugés par le tribunal militaire de Yaoundé . Ils sont jugés par le tribunal militaire de Yaoundé .

Le dernier procès s’est déroulé il y a quelques jours.

Selon l’accusation, les 3 militaires ont tué en février 2020, 10 enfants lors d’une opération dans le village appelé Ngarbuh.

Ils sont jugés par le tribunal militaire de Yaoundé.

La prochaine audience de l’affaire qui implique 3 militaires au tribunal militaire de Yaoundé aura lieu le 15 juillet prochain. Lors de la dernière audience, un premier témoin de l’accusation a été auditionné durant plus de trois heures. Dans sa déposition, Mohamed Nfor, le chef traditionnel de Ntumbaw, a indiqué que 21 personnes, dont un séparatiste, avaient été tuées lors de l’opération militaire de Ngarbuh. Selon le chef traditionnel, six maisons, dont cinq occupées par des fermiers et des agriculteurs, avaient été incendiées lors de l’assaut, la dernière appartenant à un séparatiste qu’il a présenté comme un des “pionniers” de la lutte armée engagée par des groupes pour l’indépendance du Cameroun anglophone, qui est au cœur de la crise qui secoue le pays depuis 2016.
Les trois militaires sont poursuivis pour “meurtre, incendie et destruction, violence sur femmes enceinte, violation de consigne”, ont tous plaidé “non coupable”.

Les militaires lâchés par le gouvernement

L’ONU avait affirmé qu’au moins 23 civils, dont quinze enfants (neuf de moins de 5 ans) et deux femmes enceintes, avaient été tués lors de cet assaut. Le régime du président Paul Biya, 88 ans dont plus de 38 au pouvoir, avait longtemps nié la responsabilité de son armée dans ce drame avant d’ordonner une enquête indépendante et de faire arrêter trois militaires, sous d’intenses pressions internationales. Le gouvernement camerounais avait admis en avril 2020 que 13 civils avaient été tués par des militaires épaulés par une milice de l’ethnie peule dans le quartier de Ngarbuh du village de Ntumbaw, dans la région du Nord-Ouest.