Vous-êtes ici: AccueilInfosCrime & Punishment2019 05 14Article 463061

Crime & Punishment of Tuesday, 14 May 2019

Source: cameroon-info.net

Assassinat du militant du MRC: Olivier Nissack accuse la gendarmerie

Olivier Bibou Nissack, le porte parole de Maurice Kamto a rendu public ce 13 mai 2019 un communiqué. Dans ce manifeste, il annonce la mort de Mbay Nodji Abdoulaye un militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun résidant à Ngong, une commune située à 60 Km de la ville de Garoua. Cette Information, de nombreuses personnes relativiseraient certainement son importance, sauf que, comme le précise Bibou Nissack, le jeune homme de 23 ans a été précipité dans la tombe par des gendarmes camerounais qui l’ont roué de coups dans la nuit du 12 mai 2019. Dans le déroulé des faits il est précisé que « Mbay Nodji Abdoulaye s’est rendu ce dimanche 12 mai 2019, à la place mortuaire de Ngong en vue de prendre part aux veillées qui y étaient organisées, conformément aux usages locaux en période d’extrême canicule. C’est en partant de là aux environs de 23 h que Nodji rencontrera sur son chemin un de ses frères commerçants. Ayant fait escale pour prêter main forte à celui-ci dans son activité, ils verront surgir des gendarmes surexcités qui vont les sommer de les suivre. Nodji Ayant prié ces derniers, de leur accorder au préalable la permission de ranger la marchandise du marchand, les gendarmes vont s’acharner sur lui à coups de crosse de fusils. Ce dernier va s’écrouler sur le champ, avant d’être trainé inconscient dans le pickup de gendarmerie ainsi que les badauds et le marchand qui on assistés à la scène» Peut-on lire dans ce communiqué de presse rédigé par Olivier Bibou Nissack.

Mbay Nodji Abdoulaye et toutes les autres personnes arrêtées seront conduits à la brigade terre de la Gendarmerie de Ngong, où ils seront enfermés dans une cellule. Pour les forces de maintien de l’ordre, il s’agit ni plus ni moins que d’une simple opération de ratissage nocturne. Mais l’affaire va rapidement prendre une autre tournure, quand le Jeune Nodji plongé dans un état d’inconscience après les multiples coups de crosse qu’il a reçu à la tête va commencer à suffoquer. Alertés par une femme incarcérée dans la même cellule que Nodji, «les gendarmes apporteront comme seule réponse, des multiples coups de matraque sur cette dernière» Précise Bibou Nissack. N’ayant pas bénéficié d’une assistance médicales dans les délais, Nodji Abdoulaye va rendre l’âme. « Les gendarmes vont conduire sa dépouille à l’hôpital de district de Ngong où le corps médical de l’hôpital déclinera formellement et expressément toutes responsabilités et expressément lorsque la gendarmerie l’invitera à conclure à une mort des suites d’asthme. Son corps sera ensuite abandonné dans une salle désaffectée de cet hôpital par les gendarmes, qui von ensuite prendre la clé des champs» renseigne le communiqué du Porte parole de Maurice Kamto.

Pour le moment, les autorités militaires n’ont pas encore réagi à cette actualité.