Vous-êtes ici: AccueilActualitésActualités Criminelles2021 07 15Article 608338

Actualités Criminelles of Thursday, 15 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Assassinat d’un artiste camerounais à Balikumbat dans le Nord-Ouest

Les militaires camerounais sont accusés d’être les auteurs de cet assassinat Les militaires camerounais sont accusés d’être les auteurs de cet assassinat

• Il s'agit du célèbre artiste chanteur Victor Dohmeng connu sous le nom de Grand Kumba

• Il a été tué par balle hier mercredi 14 juillet

• Les militaires camerounais sont accusés d’être les auteurs de cet assassinat



C’est un sentiment de tristesse et d’amertume qui règne à Balikumbat suite à l’assassinat d’un jeune artiste chanteur très connu dans la région.

En effet, selon les informations de sources locales jointes par la rédaction de CamerounWeb, un célèbre artiste chanteur Victor Dohmeng connu sous le nom de Grand Kumba a été tué par balle hier mercredi 14 juillet aux environs de 4 heures du matin. Les mêmes sources affirment que la victime aurait été sortie de sa maison avant d’être tuée à bout portant.

Les militaires camerounais sont accusés d’être les auteurs de cet assassinat. La rédaction de CamerounWeb n’est pas en mesure de confirmer ces allégations.

Cet assassinat intervient quelques heures le tragique accident dont a été victime l'artiste TENOR survenu à Douala la nuit dernière.

Assassinat_Victor_Dohmeng_Grand_Kumba

Violents affrontements entre l’armée et les troupes du 'général No Pity'

La crise dite anglophone qui secoue le Cameroun depuis 2016 est sans repit. Au jour le jour les violences se multiplient. Il y a quelques jours, de violents affrontements ont eu lieu à Balikumbat dans le Nord-Ouest. Ils opposaient l’armée et les hommes du général No Pity, un des redoutables guerriers ambazoniens qui sème la terreur dans la zone. Selon les informations, il s’agissait d’une opération commando de l'armée dans l'un des fiefs du general No Pity ! Il était question d'éliminer celui qui a lui tout seul était responsable de la tuerie d'au moins 15 soldats tués en 13 jours. Mais la résistance de ce général surnommé "le monstre" par les soldats a laissé des empruntes dans l'environnement où se déroulaient les combats. Sur les murs, l’on peut voir des traces de balles, tandis que les flaques de sang suintent sur le sol, au lieu où les combats se sont déroulés.

Bilan

Selon les premières estimations, plus de 20 personnes auraient été tuées donc 15 du coté séparatistes et 5 soldats. Un bilan qui reste à confirmer. Mais selon les témoins, les combats étaient tellement intenses qu’il est impossible que seulement 20 personnes seulement aient perdu la vie.

L'armée annonce avoir neutralisé 15 de ses éléments, No Pity dément de son côté et répond avoir éliminé 5 soldats. Les violences se sont accrues ce dernier temps dans la zone de guerre. Deux gendarmes ont été tués puis décapités dans la nuit de mardi à mercredi 14 juillet à Babadjou, ville située à la frontière entre la région de l’Ouest et le Nord-Ouest du pays. « Tard dans la nuit de mardi, les séparatistes ont attaqué le poste de contrôle de Zavion à Babadjou », dans le département de Bamboutos et la région de l'Ouest, a indiqué le maire de la ville. « L’attaque s’est passée inaperçue. C’est ce matin que les riverains ont découvert les corps de deux gendarmes décapités. Le troisième gendarme qui était aussi à ce poste de contrôle, est toujours porté disparu, il a certainement été pris en otage par les séparatistes », a précisé l’élue.