Vous-êtes ici: AccueilBusiness2021 07 28Article 610612

Infos Business of Wednesday, 28 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Zoom sur les difficultés de l’exploitation forestière au Cameroun

Les structures de gestion  des forêts sont peu performantes. Les structures de gestion des forêts sont peu performantes.

Le Cameroun dispose de 22millions d’hectares de forêt.

Les lourdeurs administratives empêchent l’exploitation forestière.

Les structures de gestion des forêts sont peu performantes.

L’exploitation des forets au Cameroun est confrontée à bon nombre de difficultés. Parmi celle-ci, les lourdeurs administratives qui passent par le coût élevé des services comme le retrait du Certificat annuel d’exploitation (Cae), du carnet de lettre de voiture, du timbre fiscal. On note également la mauvaise organisation ou mauvaise gouvernance des Fc, qui est perçue à travers la non-appropriation de la foresterie communautaire par les communautés ; les conflits d’intérêt ; les structures de gestion peu performantes.
A côté, on remarque un manque de moyens financiers et techniques et les tracasseries routières qui rendent coûteux les différents contrôles. A ces problèmes viennent s’ajouter la falsification des données d’inventaires, l’abattage hors limite, l’abattage des essences non autorisées, le trafic des lettres de voitures, la falsification ou le trafic des lettres de voitures.
Face à cette situation, les services compétents proposent, d’améliorer le cadre règlementaire en dotant les forets communautaires des textes règlementaires adaptés, en actualisant le manuel de procédures de gestion des forets communautaires, en révisant le régime fiscal des forets communautaires dans l’esprit de la loi forestière, et la mise en place d’une centrale de prestation de services à travers les structures d’accompagnement permanentes des forêts communautaires et le centre de formation.

Le rapport.

Avec 22 millions d’hectares de forêts, le Cameroun dispose de la deuxième plus grande réserve forestière d’Afrique après la République démocratique du Congo. Dans le souci d’allier développement communautaire et l’exploitation forestière, le pays a adopté le concept de foresterie communautaire. Le Service d’appui aux initiatives locales de développement (Saild) vient de mener une étude sur la capitalisation et l’accompagnement de 30 forêts communautaires (Fc) dans le département du Haut-Nyong, les arrondissements de Doumé et Dimako. D’après cette étude dont les principaux résultats ont été présentés le 16 juillet dernier à Yaoundé.