Vous-êtes ici: AccueilBusiness2019 12 02Article 477258

Business News of Monday, 2 December 2019

Source: Emergence No 1587

Yaoundé: hausse de 0,2% des prix à la consommation des ménages

L’Indice des prix à la consommation finale des ménages progresse de 0,2% à Yaoundé L’Indice des prix à la consommation finale des ménages progresse de 0,2% à Yaoundé

En octobre 2019, l’Indice des prix à la consommation finale des ménages progresse de 0,2% à Yaoundé (de 2,2 à 2,4%), comparé au mois précédent. C’est ce que révèle l’institut national de la statique dans une note qu’il vient de publier.

« Cette hausse mensuelle résulte en grande partie du rebond des prix des produits alimentaires (+0,5% après +0,2% le mois précédent) et du redressement des prix du logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles (+0,5% après -0,1% le mois passé)», explique l’INS.

Il ajoute que, les prix des communications (+0,4% après +0,2% le mois dernier), des articles d’habillement et chaussures (+0,1% après +0,3% le mois précédent) et ceux des boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants (+0,1% après +0,2% le mois dernier) ont également augmenté. En outre, les prix des produits alimentaires ont augmenté sur un mois sous l’effet du renchérissement des prix de la viande (+2,5% après +0,8% le mois dernier), des pains et céréales (+2,0% après +0,9% le mois dernier) et des fruits (+2,1% après +3,7% le mois dernier). En revanche, les prix des légumes se contractent davantage que le mois précédent (-0,4% après - 0,1%).

Les prix des poissons et fruits de mer sont aussi en baisse (-0,3% après une stabilité le mois dernier). «La hausse des prix des viandes est à mettre en lien avec la flambée des prix de la viande de bœuf. Les prix des pains et céréales augmentent dans le sillage des prix des céréales non transformées (maïs sec en grain, riz importé) ainsi que des farines, semoules et gruaux (farine de maïs)», indique l’INS.

Sur un autre pan, précise l’INS, la progression des prix des fruits résulte notamment du regain de prix des autres fruits (banane douce, pastèque) et des fruits secs et noix (noix de coco). En dépit de l’accroissement des prix des légumes frais en fruits ou en racine (oignon frais, tomate fraîche) et des légumes frais en feuille (feuille de manioc, «ndole», «okok »), les prix des tubercules et plantains (banane plantain, banane fraîche, pomme de terre, patate douce) et des légumes secs et oléagineux (haricot sec, djansan, niébé) baissent.

Le repli des prix des pois sons et fruits de mer est dû principalement à celui des prix des poissons et autres produits de mer congelés (bar, maquereau, machoiron). Cependant, indique l’INS, les prix des meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer, de la santé, des transports, des loisirs et culture, de l’enseignement, des services de restaurants et hôtels, et ceux des biens et services divers quant à eux, sont restés stables au cours du mois d’octobre 2019.